10e édition de l’État de l’énergie au Québec

8 février 2024

 Il est encore trop tôt pour distinguer entre les effets de la pandémie, des prix et de la transition énergétique au Québec dans les données de production et de consommation. Les ventes de produits pétroliers, par exemple, ont augmenté de 7 % de 2021 à 2022, et on ajoute toujours plus de gros véhicules au parc automobile. Ceci illustre l’écart entre nos habitudes de consommation d’énergie et les cibles, qui sont encore loin d’être atteintes.

Tels sont les principaux constats de l’État de l’énergie au Québec 2024 qui vient d’être dévoilé par la Chaire de gestion du secteur de l’énergie de HEC Montréal. Rédigé par le titulaire de cette dernière, Pierre-Olivier Pineau, ainsi que par Johanne Whitmore, ce bilan annuel est réalisé avec le soutien financier du gouvernement du Québec. En voici quelques faits saillants.

 

Difficulté de rompre avec l’inertie du passé

 

Consommation d’énergie et vente de véhicules

Électricité : des besoins importants en puissance et en énergie

Nouvelles filières énergétiques

Défis régionaux

 

En savoir plus

État de l’énergie au Québec 2024

Chaire de gestion du secteur de l'énergie de HEC Montréal


Nouvelles > 2024 > 10e édition de l’État de l’énergie au Québec