Le contenu

Le dynamisme entrepreneurial en croissance au Québec depuis 10 ans

Dix ans de l’Indice entrepreneurial québécois (2009-2018)

6 novembre 2018

L’entrepreneuriat est devenu le projet d’un nombre croissant de Québécois entre 2009 et 2018, bien que les taux d’intentions et de démarches entrepreneuriales, ainsi que la proportion de propriétaires d’entreprise aient connu un léger ralentissement au cours des deux dernières années. Telles sont les conclusions dévoilées par la Fondation de l’entrepreneurship dans son édition spéciale 2018, soulignant les dix ans de l’Indice entrepreneurial québécois.

L’Indice est également présenté par la Caisse de dépôt et placement du Québec, en collaboration avec la Banque Nationale, et iA Groupe financier. Il a été réalisé en partenariat avec l’Institut d’entrepreneuriat Banque Nationale HEC Montréal (IEBN) et Léger.

Il s’agit de l’enquête annuelle la plus vaste et la plus détaillée sur l’entrepreneuriat au Québec. Au fil des ans, plus de 100 000 personnes y ont participé.

L’indice offre une perspective sur l’évolution des taux d’intentions et de démarches entrepreneuriales au sein de la population, sur la proportion d’adultes propriétaires d’au moins une entreprise active, ainsi que sur celle des individus ayant fermé une entreprise au moins une fois dans leur vie.

 

2009

2017

2018

INTENTIONS

7,0 %

21,0 %

19,5 %

DÉMARCHES

2,8 %

9,4 %

9,0 %

PROPRIÉTAIRES

7,2 %

6,9 %

6,3 %

FERMETURES

6,0 %

11,3 %

12,5 %

La Fondation a également profité de cette édition spéciale pour livrer sa réflexion sur huit grands thèmes, en espérant ouvrir les fenêtres de nouvelles initiatives pour poursuivre sur cet élan.

Parmi ces grands thèmes, les études universitaires sont identifiées comme facteur multiplicateur du dynamisme entrepreneurial. L’Indice 2018 met en évidence qu’à partir de 2014, le taux d’intention parmi les diplômés universitaires est passé de 20 % à 28 %, alors que les personnes avec des études préuniversitaires ont affiché un taux d’intention déclinant (de 18 % à 15 %). L’évolution est similaire pour le taux de démarches.

« L’Indice 2018 nous confirme plus que jamais le rôle important que jouent les universités dans les écosystèmes entrepreneuriaux. Elles offrent aux futurs entrepreneurs des conditions pour faire du réseautage tant à l’échelle locale qu’internationale, de l’accompagnement, ainsi qu’une foule de ressources pour devenir des entrepreneurs born global », conclut Luis Cisneros, directeur de l’IEBN.

Pour plus de détail sur les huit thèmes de réflexion ainsi que sur les analyses et la méthodologie de cette enquête, visitez le site de l’Indice entrepreneurial québécois.


Nouvelles > 2018 > Le dynamisme entrepreneurial en croissance au Québec depuis 10 ans