Le contenu

Chirurgie ambulatoire au Québec : la pandémie a accéléré les partenariats public-privé et le développement des centres médicaux spécialisés

Mercredi 9 juin 2021

 

Montréal, le 9 juin 2021 – Le Pôle santé HEC Montréal dévoile aujourd’hui une étude sur les récentes transformations liées à la pandémie et sur le développement du domaine de la chirurgie ambulatoire au Québec.

Ce portrait révèle qu’ici, comme ailleurs au Canada, le gouvernement a de plus en plus recours au privé pour pallier les lacunes du système public. L’étude met aussi de l’avant les avantages d’une collaboration entre les centres médicaux spécialisés (CMS) privés et le Réseau de la santé et des services sociaux (RSSS) du Québec, ainsi que de l’intégration de la robotique et de la télémédecine aux processus de soins des patients, en plus de revenir sur l’enjeu de pénurie de main-d’œuvre.

« Le domaine de la chirurgie d’un jour, qui a été accéléré avec la pandémie, sera incontournable au cours des prochaines années, déclare Marie-Hélène Jobin, professeure titulaire et directrice associée du Pôle santé HEC Montréal. Nous devrons l’encadrer adéquatement, tant au public qu’au privé, pour répondre aux enjeux reliés au rattrapage du retard de la pandémie, au vieillissement de la population et à la limitation du temps d’attente en chirurgie. »

 

Favoriser les partenariats public-privé et gérer la main-d’œuvre

Il est important d’établir une cohabitation bien balisée dans laquelle le privé ne se substitue pas au public, mais s’intègre en toute complémentarité tout au long du parcours du patient. Aussi, les stratégies qui connaissent le plus de succès au Québec, dans les autres juridictions étudiées au Canada et dans le monde, sont des stratégies mixtes qui agissent autant sur l’offre de chirurgies (augmenter la capacité opératoire) que sur la demande (se centrer sur le patient et uniformiser les listes d’attente).  

La pénurie de main-d’œuvre combinée à la fatigue du personnel soignant et à la croissance de la demande, nécessiteront des stratégies multifacettes qui permettent de protéger la santé des soignants, de recruter et de retenir plus de profils de l’international, de même que de réglementer adéquatement les pratiques du public et du privé, notamment en matière de bassin de professionnels.

 

Composer avec les transformations et innovations des derniers mois

Les avancées technologiques et les contraintes de la pandémie – réduction de la capacité hospitalière, délestage – ont accéléré le recours au privé et la transition de certaines chirurgies avec hospitalisation à des chirurgies d’un jour. Nous avons assisté au sein des CMS à une multiplication des types de modèles d’affaires et à une diversification des interventions proposées.

« De plus en plus de CMS se sont transformés en sous-traitants en offrant au réseau public leurs ressources matérielles et humaines (bloc opératoire et équipes), explique Nadia Benomar, chargée de projets et coordonnatrice, Pôle santé HEC Montréal. Ces établissements de santé ont eu un effet positif face à l’augmentation exponentielle des listes d’attente pour des chirurgies. »

Les acteurs sondés dans l’étude constatent que la pandémie pourrait contribuer à un changement graduel de l’opinion publique sur le rôle que jouent les CMS dans le paysage de la chirurgie ambulatoire au Québec.

Malgré le coût d’investissement élevé, l’intégration de la robotique et de la télémédecine aux processus de soins des patients fait aussi partie des axes de développement pour la chirurgie d’un jour au Québec. Les études les plus récentes estiment que à l’international environ un quart des activités ambulatoires pourront être réalisées virtuellement.

 

Pour plus d’information, consultez le : portrait des tendances et pratiques dans le domaine de la chirurgie ambulatoire. Cette étude qualitative est notamment basée sur 18 entrevues avec plusieurs parties prenantes de l’écosystème de la santé et des services sociaux telles que le ministère de la Santé et des Services sociaux du Québec, les associations et fédérations, des fournisseurs de services et des acteurs du RSSS.

 

À propos du Pôle santé HEC Montréal

Le Pôle santé HEC Montréal est une plateforme universitaire qui génère et diffuse de la connaissance autour des meilleures pratiques en gestion de la santé. Cette entité regroupe plus de 20 professeurs experts dans le domaine, des professionnels et des étudiants, réalise des projets de recherche et d’accompagnement, et offre des programmes de formation sur mesure.

 

Consulter la fiche technique

 

Renseignements
Émilie Novales
Conseillère principale en relation avec les médias HEC Montréal
emilie.novales@hec.ca
438 520-3536

 

Source
Pôle santé HEC Montréal
Nadia Benomar
Chargée de projets et coordonnatrice, Pôle santé HEC Montréal
nadia.benomar@hec.ca

 


Salle de presse > Communiqués > 2021 > Chirurgie ambulatoire au Québec : la pandémie a accéléré les partenariats public-privé et le développement des centres médicaux spécialisés