Le contenu

La chaire de gestion du secteur de l'énergie de HEC Montréal publie l'état de l'énergie 2020

Vendredi 17 janvier 2020

Montréal, 17 janvier 2020  – « Les tendances énergétiques québécoises actuelles ne sont pas rassurantes », s’inquiète Pierre-Olivier Pineau, titulaire de la Chaire de gestion du secteur de l’énergie de HEC Montréal, « malgré plusieurs initiatives notables (électrification des transports, développement de biocarburants ou projets d’électrolyseurs pour produire de l’hydrogène), le Québec continue d’accroître sa consommation de produits pétroliers (+10 % de 2013 à 2018) et ses émissions de gaz à effet de serre (GES) stagnent depuis 2014. » Sans virage majeur, d’ici 2030, il n’est pas envisageable d’atteindre nos cibles de réduction de la consommation de produits pétroliers et d’émissions de GES. C’est le principal constat de la 6e édition de l’État de l’énergie au Québec, un bilan annuel publié par la Chaire qui rassemble les données les plus récentes sur le secteur de l’énergie dans un contexte de décarbonisation. Cette édition a été réalisée en collaboration et avec le soutien financier de Transition énergétique Québec.

Force est de constater que les tendances de consommation sont contraires aux objectifs énergétiques et de réduction de GES. Malgré la hausse des ventes de véhicules électriques et les installations de bornes de recharge, par exemple, les ventes de camions légers au Québec ont encore battu des records, de même que les ventes d’essence qui ont dépassé pour la première fois les 10 milliards de litres consommés en une année. Si la tendance des six dernières années (2013-2018) se maintient, les ventes totales de produits pétroliers en 2030 seront 32 % plus élevées qu’en 2013, alors que la cible est de −40 % par rapport à 2013. « Les mesures actuelles, dont le marché du carbone, aident le Québec à réduire son utilisation de combustibles fossiles et ses GES, mais ne sont pas suffisantes. Pour réussir la transition, il faudra prioriser une transition vers une économie qui minimise la consommation et les pertes d’énergie, améliore sa productivité énergétique et favorise des stratégies d’économie circulaire », souligne M. Pineau.

Quelques faits saillants :

  • Malgré la hausse des ventes de véhicules électriques (VÉ) et les installations de bornes de recharge, les ventes de camions légers au Québec ont encore battu des records. Les ventes de produits pétroliers ont elles aussi augmenté en 2018, incluant les ventes d’essence. On s’éloigne donc des réductions nécessaires pour atteindre nos cibles de -40 % de PPR. Dans toutes les régions du Québec, on observe toujours plus véhicules par 1 000 habitants, et une plus grande proportion de camions légers (les voitures sont en recul partout).
  • En 2018, les ventes de VÉ et VÉ rechargeables représentaient 3 % des ventes totales de véhicules automobiles neufs au Québec, tandis que les camions et les voitures représentaient 64 % et 33 % du total respectivement.
  • Depuis 2015, les approvisionnements en pétrole canadien et américain ont considérablement augmenté. En date du 19 octobre 2019, il a été estimé que ces deux sources correspondraient au total des approvisionnements en pétrole du Québec, dont 38 % de l’Ouest canadien et 62 % des États-Unis.
  • Dans le secteur des bâtiments résidentiels et commerciaux, la superficie totale continue d’augmenter, limitant les réductions de consommation d’énergie dans ce secteur.
  • Le Québec reste la province où les prix de l’électricité sont les plus bas pour les consommateurs résidentiels et industriels, et cela fait aussi de ces consommateurs les plus grands consommateurs d’électricité au Canada.
  • Alors que la consommation d’électricité reste stable depuis 10 ans, la pointe électrique augmente, rendant plus réelle que jamais la nécessité de gérer les périodes de grande consommation. Ce défi ne doit cependant pas éclipser l’importance de réduire la consommation d’électricité – pour libérer des kWh pour l’exportation, l’électrification et les nouvelles industries qui s’installent au Québec.
  • Des projets de production d’hydrogène verte (Air Liquide, Enerkem) ont été annoncés, amorçant le développement au Québec d’un nouveau vecteur énergétique sans carbone qui contribuera, avec l’électricité, à décarboniser des usages énergétiques, notamment en industrie.
  • La production de gaz naturel renouvelable apparait pour la première fois dans le bilan québécois – et pourrait contribuer, quoi que modestement, à décarboniser le système énergétique de la province.

Les auteurs constatent également que les données énergétiques, essentielles à la prise de décision, sont dans un piètre état au Québec comme au Canada. Le manque d’accès global, en raison de données souvent agrégées, étiquetées comme confidentielles ou parfois même incohérentes, limite la compréhension du secteur et entrave le processus décisionnel pour réaliser la transition. « Nous avons de grands défis à relever et nous avons les moyens de le faire, mais pour redresser des tendances problématiques, les autorités doivent baser leurs décisions sur des données fiables, objectives et détaillées concernant les ressources énergétiques et l’usage qui en est fait », résume M. Pineau.

 Pour en savoir plus, consultez l’État de l’énergie au Québec 2020, rédigé par Johanne Whitmore et Pierre-Olivier Pineau.

À propos

Créée en 2013, la Chaire de gestion du secteur de l’énergie de HEC Montréal a pour mission d’augmenter les connaissances sur les enjeux liés à l’énergie, dans une perspective de développement durable, d’optimisation et d’adéquation entre les sources d’énergie et les besoins de la société.

Créé en avril 2017, Transition énergétique Québec est un société d'État dont la mission est de soutenir, de stimuler et de promouvoir la transition, l’innovation et l’efficacité énergétiques ainsi que de coordonner la mise en œuvre de l’ensemble des programmes et des mesures nécessaires à l’atteinte des cibles énergétiques définies par le gouvernement pour la transition énergétique du Québec.

 

Source :

Marie-Pierre Hamel
Conseillère principale – Relations médias
HEC Montréal
514 340-7320
marie-pierre.hamel@hec.ca


Salle de presse > Communiqués > 2020 > La chaire de gestion du secteur de l'énergie de HEC Montréal publie l'état de l'énergie 2020