Des prix pour 3 étudiantes qui se démarquent en finance

15 juin 2023

Jeanne Bourgault, Charlène Hébert et Meriem Mehri, 3 étudiantes à HEC Montréal dans des spécialisations en finance, ont été récompensées pour leur engagement et l’excellence de leurs résultats scolaires dans ce domaine encore majoritairement masculin. Lors du Gala annuel de l’Association des femmes en finance du Québec (AFFQ), en mai dernier, elles ont toutes 3 remporté un prix Relève.

Les institutions financières qui décernent ces prix offrent aux lauréates un stage en milieu de travail. Ainsi Jeanne Bourgault (prix Relève CDPQ 2023) travaille actuellement au sein de l’une des équipes de modélisation de portefeuille de la division immobilière à la CDPQ. Charlène Hébert (prix Relève Desjardins 2023) s’occupe quant à elle d’analyse de fonds dans l’équipe performance des gestionnaires et des solutions, chez Desjardins.

Meriem Mehri (prix Relève Desjardins 2023) n’a pas entamé de stage chez Desjardins, car elle est également la lauréate d’une bourse d’excellence assortie d’un stage offert par la Financière Banque Nationale. Elle y occupe donc actuellement un poste d’analyste stagiaire en stratégie, résilience et gestion du risque opérationnel.

 

Jeanne Bourgault : des mathématiques vers la finance

Jeanne Bourgault est ce qu’on appelle une matheuse. Elle a consacré aux mathématiques la majorité de ses études de 1er cycle à l’Université de Montréal. Elle a aussi réalisé qu’elle aimait encore plus les applications de cette matière. Son intérêt s’est alors orienté vers la finance. Aujourd’hui étudiante à la maîtrise en ingénierie financière à HEC Montréal, elle y a trouvé une façon de rendre son expertise encore plus pertinente.

« La finance permet de rendre les mathématiques plus concrètes, en plus de me rendre accessible un plus large éventail d’emplois et de me permettre de multiplier les rencontres avec des personnes de différentes disciplines. »

Tout au long de son parcours universitaire, elle s’est impliquée sur le campus et à l’extérieur. L’an dernier, elle a offert ses services au centre d’aide en mathématiques de HEC Montréal pour faire profiter aux autres de ses aptitudes et de sa passion pour cette matière. Elle a aussi été éducatrice scientifique pour les Scientifines, un organisme proposant des activités parascolaires aux filles de niveau primaire et secondaire afin de stimuler leur intérêt pour la science.

Au terme de son stage à la Caisse, Jeanne Bourgault poursuivra sa maîtrise à HEC Montréal. Elle a choisi l’option du projet supervisé et compte ensuite se lancer sur le marché du travail.

 

Jeanne Bourgault

Charlène Hébert : relever des défis

Lorsque Charlène Hébert est entrée à HEC Montréal pour faire son baccalauréat en administration des affaires (B.A.A.), elle ne savait pas quelle spécialisation choisir… jusqu’à ce qu’elle suive le cours d’introduction à la finance de Marie-Hélène Allard.

« Tout au long du trimestre, j’ai senti son intérêt à promouvoir le rôle des femmes dans le domaine de la finance. Cela a allumé une flamme en moi et j’ai voulu y faire ma place. »

Relever des défis intellectuels et acquérir de nouvelles compétences sont des sources de motivation constantes pour Charlène. C’est ce qui l’a menée à suivre des cours en ligne pour apprendre le langage informatique Python et ainsi se familiariser avec la programmation. Elle terminera son B.A.A. au trimestre d’automne 2023. Elle souhaite ensuite poursuivre ses études à HEC Montréal, à la M. Sc. en ingénierie financière.

À ce propos, son passage chez Desjardins lui aura permis de préciser ses choix pour l’avenir :

« Cela a confirmé mon intérêt pour la finance quantitative, un domaine très influent et novateur. Et ça se combinera très bien avec mon goût pour la programmation ! »

 

Charlène Hébert

Meriem Mehri : laisser sa marque

Meriem Mehri souhaitait faire des études universitaires dans une sphère qui pourrait allier son intérêt pour les mathématiques et pour le contexte mondial qui l’entoure. Elle a donc plongé dans un B.A.A. avec une double spécialisation en finance et en analytique d’affaires. Elle entrevoit une carrière touchant aux domaines de la finance quantitative, de la recherche opérationnelle et de la science des données.

Pendant son bac, elle a participé à divers comités et regroupements, en plus de présider l’Association des technologies de l’information. Elle a participé à de nombreux concours étudiants de résolution de cas et compétitions universitaires.

Elle attribue sa grande motivation à sa volonté de laisser sa marque et d’en inspirer d’autres :

« Étant l’ainée dans ma famille, le parcours que je mène est en partie dédié à mes petites sœurs. J’aimerais qu’elles soient fières de leur grande sœur et les inspirer à faire de même, voire mieux ! Je perçois mon cheminement et le privilège d’étudier comme des clés d’un succès à la fois personnel et collectif. »

Meriem est aussi la productrice et animatrice de son propre balado, Tours d’Horizons, où elle aborde « la quête de sens et la découverte de soi lorsque l’on flotte sur les marées de sa vingtaine, période de vie ponctuée de questionnements, d’indécisions et nourrie de croissance personnelle. »

Meriem Mehri

Découvrir quelques-uns de nos programmes pouvant mener à une carrière en finance :

En savoir plus sur l’Association des femmes en finance du Québec


Nouvelles > 2023 > Des prix pour 3 étudiantes qui se démarquent en finance