Le contenu

Elizabeth Eldridge, lauréate du Prix du meilleur mémoire 2020

25 mai 2021

Elizabeth Eldridge, diplômée du Master of Science (MSc) – Global Supply Chain Management, a remporté le Prix du meilleur mémoire 2020.

Intitulée Overcoming the Poverty Trap Through Improved Input Sourcing (Venir à bout du piège de la pauvreté par l’entremise des sources d’approvisionnement), le mémoire a été codirigé par Marie-Ève Rancourt, professeure agrégée au Département de gestion des opérations et de la logistique et Ann Langley, professeure honoraire au Département de management.

Ce projet de recherche a été réalisé avec la collaboration de Farm Radio International, une société sans but lucratif œuvrant en partenariat avec des radiodiffuseurs d’Afrique subsaharienne, dans le but d’améliorer les connaissances des petits producteurs des communautés rurales sur une variété de sujets, incluant les techniques agricoles et le développement rural. Il démontre comment l’organisation des chaînes d’approvisionnement agricole contribue à l’appauvrissement de ces fermiers, et propose une solution pour surmonter ces défis.

Ce mémoire a séduit le jury par son approche innovante et sa méthodologie terre-à-terre qui ont permis à l’auteure d’analyser cet enjeu à partir de l’expérience et de la réalité des petits producteurs agricoles.

Des retombées pratiques

Les principales retombées de cette recherche touchent 4 aspects interreliés de l’environnement des petits producteurs: le déséquilibre de la dynamique du pouvoir, l’accès aux ressources et la qualité des intrants, l’accès à l’information et le soutien, ainsi que l’arbitrage et la prise de décision. Ces aspects génèrent un cercle vicieux qui restreint l’accès des fermiers aux ressources, à des intrants de qualité, à la connaissance et à l’aide de ce milieu miné par le risque, où ils se retrouvent souvent impuissants dans leurs liens d’affaires.

« Notre recherche fournit des recommandations d’ordre pratique démontrant que des efforts de collaboration sur certaines variables pourraient éventuellement contribuer à rééquilibrer le rapport de force entre les différents intervenants du milieu, et générer des opportunités pour les petits producteurs agricoles, afin qu’ils aient une meilleure emprise sur leurs activités, améliorent leurs moyens de subsistance, et viennent à bout de la pauvreté. »

Les conclusions de cette étude font l’objet d’une série d’émissions d’information qui seront diffusées dans toute l’Afrique subsaharienne, grâce à la participation des stations affiliées de Farm Radio International. Cette initiative aidera des milliers de fermiers du continent à mieux comprendre leur rôle au sein du système, à saisir les occasions d’affaires, et à comprendre comment s’investir dans des pratiques d’affaires saines et durables.

 

Félicitations à Elizabeth Eldridge et aux 16 autres finalistes du Prix du meilleur mémoire 2020 pour leur excellent travail :

NOM

SPÉCIALISATION

Mathieu Bérubé

Transformation numérique des organisations

Félix Blanchette

International Business

Marc-Antoine Brière

Stratégie

Valérie Choinière

Développement organisationnel

Andreas Clark

International Business

Mélanie Dufour

Développement organisationnel

Angélique Emeric

Stratégie

Dimitris Giamos

Gestion des ressources humaines

Félix Giroux

Expérience utilisateur en contexte d’affaires

Marianne Laurin

Économie appliquée

Martine Lauzier

Management, stratégie et entrepreneuriat

Samuel Léveillé

Ingénierie financière

Sine Juul Ritz

International Business

Isabelle Roberge-Maltais

Gestion des ressources humaines

Louis-Philippe Savaria

Développement organisationnel

Milan Suere

Marketing


Nouvelles > 2021 > Elizabeth Eldridge, lauréate du Prix du meilleur mémoire 2020