Le contenu

[Étude] Plus de 320 millions $ de ventes supplémentaires en 2022, grâce à l’Accord économique et commercial global avec l’Europe 

Jeudi 26 mai 2016

Lors d'un événement organisé en collaboration avec la Fédération des Chambres de Commerce du Québec (FCCQ), l’Institut du Québec (IdQ) a dévoilé aujourd’hui deux rapports sur l’impact qu’aura l’Accord économique et commercial global (AECG) avec l’Europe sur l’économie du Québec. Cet accord important, qui sera signé dans les prochains mois, est une occasion en or pour les entreprises du Québec d’intégrer plus massivement le marché de l’Union européenne.

« Avec 324 millions $ de ventes supplémentaires pour les entreprises manufacturières du Québec, il s’agit d’un accord phare de deuxième génération qui va plus loin que l’ALÉNA », a déclaré Raymond Bachand, président de l’IdQ. Rappelons que l’AECG donnera accès aux entreprises du Québec à la plupart des marchés publics européens, en plus d’abaisser de façon significative certains tarifs douaniers et de permettre une plus grande uniformisation des certifications.

Outre l’effet sur les ventes des entreprises, l’IdQ a publié un rapport soulignant les stratégies gagnantes que doivent emprunter les entreprises québécoises qui veulent faire affaire en Europe. Actuellement au Québec, les PME constituent 98 % des entreprises qui ont des activités en Europe. Pour y réussir, celles-ci doivent constamment innover, viser des créneaux à haute valeur ajoutée puis développer une expertise d’exportation en Amérique-du-Nord avant de se lancer en Europe.

« Les entreprises du Québec ont une occasion unique de se créer un avantage comparatif en misant sur l'accord afin d'intégrer efficacement le marché européen », a affirmé M. Bachand.

Par ailleurs, l’IdQ tient à souligner les liens particuliers qu’a le Québec avec la zone méditerranéenne européenne, une zone avec laquelle le Québec a une relation historique. Les pays de cette région, qui auront une croissance économique intéressante au cours des prochaines années, constitue une occasion intéressante pour les entreprises du Québec qui pourront miser sur ce lien particulier.

Les deux rapports sont disponibles sur le site de l’Institut du Québec à l’adresse www.institutduquebec.ca ou à l'adresse http://www.conferenceboard.ca/e-library/abstract.aspx?did=8025.

Faits saillants :

  • Le Québec doit augmenter ses exportations. Le resserrement des liens commerciaux avec l’Europe représente l’une des éventuelles avenues pour augmenter le niveau des exportations et la croissance économique;
  • Selon le modèle prévisionnel utilisé par l’IdQ, la réduction des tarifs douaniers stipulée dans l’AECG permettra d’accroître les exportations à hauteur de 324 M$ pour le secteur manufacturier seulement par année d’ici 2022;
  • La région méditerranéenne, qui a toujours entretenu le plus de liens commerciaux avec le Québec, recèle un fort potentiel pour les entreprises du Québec;
  • Les grandes entreprises du Québec bénéficieront de l’accord, mais le potentiel de croissance des ventes en Europe généré par la signature de l’accord sera plus grand chez les PME;
  • Les industries innovantes, qui mettent régulièrement en marché de nouveaux produits, possèdent les stratégies qui leur permettront de profiter de l’accord.

 Le 23 août prochain, l'IdQ proposera un webinaire sur la question.

À propos de l'Institut du Québec

Issu d'un partenariat entre le Conference Board du Canada et HEC Montréal, l'Institut du Québec consacre ses recherches et ses études aux enjeux socioéconomiques auxquels le Québec fait face. Il vise à fournir aux autorités publiques et au secteur privé les outils nécessaires pour prendre des décisions éclairées, et ainsi contribuer à bâtir une société plus dynamique, compétitive et prospère.

www.institutduquebec.ca

@InstitutduQC

-30-

Pour de plus amples informations, communiquez avec :

Julie Lajoye, HEC Montréal
Cell : 438 823-1328 ou bureau : 514 340-7320 ou julie.lajoye@hec.ca


Salle de presse > Communiqués > 2016 > [Étude] Plus de 320 millions $ de ventes supplémentaires en 2022, grâce à l’Accord économique et commercial global avec l’Europe