Contenu Menu

Vocabulaire des affaires : Des précisions à apporter, des confusions à éviter

Savez-vous que près de 50 % des mots de la langue anglaise contemporaine proviennent du français ou du latin par l’intermédiaire du français? Ces mots ont été empruntés par les Anglais au cours du XIe siècle alors que l’Angleterre était sous la domination de la France. C’est Guillaume 1er le Conquérant, duc de Normandie, qui y a imposé l’usage de notre langue. Pendant près d’un siècle, les Anglais ont dû parler français : l’Histoire a de ces revirements! Il résulte de ces faits historiques qu’un très grand nombre de mots anglais et français présentent de grandes ressemblances graphiques, sans avoir des significations tout à fait correspondantes. En effet, au cours des siècles, les mots français empruntés par l’anglais ont évolué différemment de leurs homonymes du continent : ils ont suivi des trajectoires différentes. Lorsque les situations de contact entre l’anglais et le français se multiplient, des interférences se produisent. Ce sont ces emprunts à l’anglais par confusion de sens qu’on nomme les faux amis.

Nous en citons ici quelques exemples relevés à l’École des HEC, aussi bien dans la bouche des étudiants que des professeurs. Rappelons que les mots qui sont précédés d’un astérisque sont des formes fautives.

*À toutes fins pratiques

Calque de « for all practical purposes » pour à peu près, en pratique, pour ainsi dire, pratiquement.

Note – Ne pas confondre avec l’expression à toutes fins utiles qui est bien française, mais qui a un tout autre sens, celui de « pour servir, le cas échéant ». 

Capitaliser - v. tr., intr.

Ajouter le revenu au capital. Capitaliser des intérêts.

Verbe intransitif
Amasser de l’argent. Il préfère capitaliser plutôt que dépenser. SYN. Thésauriser.

Forme fautive
Au sens detirer profit de, tirer parti de, exploiter, l’emploi du verbe capitaliser est un anglicisme.

Ex. : Il faut tirer profit de ce succès (et non *capitaliser sur ce succès).

Corporatif, ive - adj.

Relatif à une association de personnes exerçant la même profession. Un regroupement corporatif qui réunit tous les électriciens.

Formes fautives
*affaires corporatives. Calque de « corporate affairs » pour affaires de la société, de l’entreprise.
*corporatif. Anglicisme au sens de général, de l’entreprise, de la société.
*droit corporatif. Calque de « corporate law » pour droit commercial.
*image corporative. Calque de « corporate image » pour image, image de marque, image de la société, de l’entreprise.
*nom corporatif. Calque de « corporate name » pour raison sociale.

Initier - v. tr., pronom.

Verbe transitif
Donner la connaissance (d’un art, d’une science, d’une profession, etc.) à. Initier un ami à l’ornithologie. SYN. Enseigner; instruire.

Verbe pronominal
Acquérir les rudiments (d’un art, d’une science). S’initier à l’informatique.

Forme fautive
*initier. Anglicisme au sens de lancer, instaurer, mettre en œuvre, entreprendre, amorcer.

*Livrer la marchandise

Calque de « to deliver the goods » pour remplir ses engagements, tenir ses promesses.

Niche - n.f.

Enfoncement pratiqué dans l’épaisseur d’un mur pour y placer une statue, un objet, etc.
Abri où couche un chien. Filou dort dans sa niche.

Forme fautive
*niche. Anglicisme au sens de créneau (commercial).

Originer

Ce verbe n’existe pas en français. Il constitue un anglicisme au sens de provenir de, avoir pour origine, remonter à, résulter de, venir de, prendre naissance dans, prendre sa source dans.


Marie-Éva de Villers
Directrice de la qualité de la communication de 1990 à 2013 à HEC Montréal et auteure du Multidictionnaire de la langue française, du Multi des jeunes et de La Grammaire en tableaux.

Partager cette page :
| Plus
 
Logo HEC Montréal

Facebook YouTube Flickr Twitter LinkedIn Instagram
© HEC Montréal, 2017  Tous droits réservés.