Contenu Menu

«Ces bons livres sans lesquels tout enseignement est voué à la dispersion...»

Dans le magnifique ouvrage intitulé Pierre Larousse et son temps que Larousse a publié en 1995, on apprend que le grand lexicographe a d’abord été instituteur. De 1838 à 1840, il a enseigné en Bourgogne, plus précisément à Toucy, sa ville natale, à une centaine de jeunes garçons de 6 à 12 ans. À cette occasion, il a fait l’expérience de l’usage par le maître et ses élèves de manuels inadéquats ou, pire encore, de l’absence de manuels. Il se fixa un but : préparer l’édition de véritables manuels scolaires destinés aux écoles. « Il lui restait à proposer ces bons livres sans lesquels tout enseignement est voué à la dispersion, faute d’une trace matérielle que conserve l’enfant et qui lui sert de guide », peut-on lire dans l’ouvrage qui lui est consacré. Pierre Larousse rédigea et édita des manuels qui ont effectivement renouvelé les méthodes de l’enseignement primaire, nous apprend Le Petit Larousse.

Un siècle et demi plus tard, la réflexion de Pierre Larousse demeure malheureusement d’actualité au Québec. Il y a lieu de s’en inquiéter puisque le récent sondage du ministère de l’Éducation révèle qu’un grand nombre d’élèves québécois ne disposent pas personnellement de manuels scolaires dans les matières fondamentales de l’enseignement.


Marie-Éva de Villers
Directrice de la qualité de la communication de 1990 à 2013 à HEC Montréal et auteure du Multidictionnaire de la langue française, du Multi des jeunes et de La Grammaire en tableaux.

Partager cette page :
| Plus
 
Logo HEC Montréal

Facebook YouTube Flickr Twitter LinkedIn Instagram
© HEC Montréal, 2017  Tous droits réservés.