Contenu Menu

Les innovations de la 4e édition du Multidictionnaire

Enrichissement considérable de la nomenclature, ajouts de nombreux exemples destinés à mettre en lumière les accords grammaticaux, les constructions syntaxiques, énumération de mots souvent employés ensemble (collocations), inventaire augmenté des locutions figées, des formes fautives, notamment des anglicismes, tels sont les principaux éléments qui caractériseront la 4e édition du Multidictionnaire de la langue française.

Avec un contenu de plus en plus étoffé, le Multi poursuit toujours le même objectif depuis sa parution : constituer un mode d’emploi complet et actuel de la langue française sous toutes ses facettes, fournir les indications les plus pertinentes sur l’usage, particulièrement celui du français au Québec, neutraliser les frontières entre les diverses questions linguistiques.

Un Multi électronique

La nouvelle édition sera publiée en version imprimée, mais, à l’image du XXIe siècle, elle paraîtra également en version multimédia : le Multi électronique intégrera au texte des éléments visuels et sonores qui apporteront de nouveaux renseignements sur les mots et clarifieront leurs divers emplois.

À titre d’exemple, les adjectifs de couleur sont très difficiles à définir précisément avec le seul recours des mots : leur signification ainsi que leur accord demeurent souvent problématiques pour les élèves. Avec le concours de l’image, chaque couleur pourra s’afficher à côté du texte consacré à la description d’un adjectif ou d’un nom de couleur. Mieux encore, l’utilisateur pourra visualiser toutes les nuances de cette couleur (ex. : bleu clair, bleu roi, bleu turquoise, bleu marine) accompagnées des mots ou des expressions qui les nomment. Les contraintes d’espace étant abolies grâce au support électronique, de nombreux exemples illustreront les emplois de ces adjectifs et noms de couleur que préciseront également des notes grammaticales. De plus, un simple clic sur l’icône du tableau Adjectifs de couleur donnera accès à une synthèse des règles d’accord des divers types d’adjectifs de couleur ainsi qu’à toute la palette des couleurs assorties des adjectifs qui les qualifient et des noms qui les désignent.

Enrichissement de la nomenclature

L’étude de corpus de textes informatisés – désormais accessibles aux lexicographes – nous permettra de proposer une nomenclature enrichie qui reflétera plus fidèlement l’usage actuel de la langue française. Seront ainsi répertoriés des néologismes désignant les nouvelles techniques, les réalités du troisième millénaire (ex. : génie génétique, thérapie génique, commerce électronique, monétique, veille concurrentielle) ainsi que de nouvelles locutions (ex. : organismes génétiquement modifiés ou OGM, zone euro).

À l’aide d’une comparaison entre les textes journalistiques québécois et français, nous pourrons aussi répertorier davantage d’emplois lexicaux propres au français du Québec, des emplois, de registre courant ou soutenu, qui sont essentiels à la couverture de l’actualité. Ces québécismes sont principalement des mots et expressions issus du fonds français, mais qui ne font plus partie de l’usage des autres francophones (ex. : achalandage, bois franc et bois mou pour bois dur et bois tendre, piger au sens de « prendre »), et des créations québécoises servant à nommer des réalités qui nous sont propres ou des réalités nord-américaines (ex. : courriel, huard au sens figuré de « dollar », nordicité, réseautage).

Une dimension phraséologique : mise en contexte des mots afin de faciliter la production de phrases

De nombreux exemples seront ajoutés afin de bien mettre en contexte les mots et expressions définis. Ces illustrations sont importantes pour les élèves, car elles reprennent différemment et expriment de façon concrète les notes grammaticales, syntaxiques ou typographiques qui accompagnent les mots qui sont sources de difficultés. Les locutions figées, qui depuis la 3e édition font l’objet d’un classement alphabétique en fin d’article, seront aussi considérablement augmentées. Innovation de la 4e édition, nous proposerons à l’occasion des cooccurrents (ex. : définir, déterminer, proposer, poursuivre, atteindre un objectif) afin de faciliter la production de phrases et d’accroître la richesse du vocabulaire.

Les ajouts d’exemples, le traitement détaillé des locutions figées, les notes plus nombreuses sur les constructions syntaxiques, sur les difficultés orthographiques, grammaticales et typographiques, les collocations sont autant de renseignements qui viennent étoffer la dimension phraséologique du Multidictionnaire.

Formes fautives

L’inventaire des formes fautives, toujours accompagnées des formes justes, constitue un élément distinctif du Multidictionnaire. La 4e édition comportera de nombreux enrichissements à cet égard : en effet, depuis la parution de l’ouvrage en 1988, nous n’avons cessé de relever dans les médias, dans les copies des étudiants, dans divers textes les interférences avec l’anglais, les impropriétés, les constructions erronées, etc. afin de les répertorier et de proposer des corrections. Les ajouts sont principalement des anglicismes et des calques, qui sont intégrés à l’ordre alphabétique, mais ils sont toujours précédés d’un astérisque pour signaler que ces emplois sont fautifs et ils renvoient aux formes françaises.

La 4e édition du Multidictionnaire de la langue française, version imprimée et version électronique, paraîtra en août 2003.

Partager cette page :
| Plus
 
Logo HEC Montréal

Facebook YouTube Flickr Twitter LinkedIn Instagram
© HEC Montréal, 2017  Tous droits réservés.