Contenu Menu

Moisson lexicographique de l'an 2000

Ç’a la vie dure les dictionnaires, mine de rien,
ils ont le calme entêtement du bois dont ils sont issus,
les arbres ne pouvaient pas nous faire de cadeaux plus beaux.

Gaétan Soucy, La petite fille qui aimait trop les allumettes
 

La belle Semeuse qui sème à tout vent depuis plus de 100 ans orne à nouveau la couverture du Petit Larousse illustré de l’an 2000. Elle sème une constellation d’images colorées d’hommes et de femmes qui ont fait l’histoire au XXe siècle : Albert Einstein, Marcel Proust, John F. Kennedy, Winston Churchill, Charles de Gaulle, René Lévesque – clin d’œil aux Québécois –, Nelson Mandela, Indira Gandhi...

Sur le nouveau Dictionnaire Hachette encyclopédique, c’est en caractères dorés que figure la mention édition 2000 qui coiffe des illustrations en couleurs de l’ouvrage représentant diverses facettes de l’univers : une carte géographique, un colibri qui butine, notre galaxie, l’autoportrait du peintre italien Titien.

La nomenclature du dernier-né de Larousse comprend près de 60 000 noms communs et 28 000 noms propres alors que le nouveau Hachette compte 47 000 noms communs et 20 000 noms propres. Ces ouvrages lexicographiques portent-ils bien leur millésime?

Les néologismes

Plusieurs nouveaux mots et sigles des technologies de l’information font leur entrée dans les deux dictionnaires : coprocesseur, cybercafé, cyberespace, économiseur d’écran, double-cliquer, HTML, intranet, java (langage de programmation), monétique, porte-monnaie électronique, veille technologique et même pitonner du Québec. Le terme courriel a maintenant droit de cité à titre de québécisme. On peut déplorer cependant que ceux qui ne connaissent pas ce néologisme ne pourront y accéder ni chez Larousse ni chez Hachette puisque, à l’article e-mail, nom masculin signalé comme un anglicisme, mais seul usité en France, nulle mention n’est faite du mot courriel. Les rédacteurs auraient pu procéder comme pour le nom week-end dans le Petit Larousse où il est indiqué « Au Québec, on dit aussi fin de semaine » et écrire « Au Québec, on emploie le terme courriel ». Les autres francophones auraient pu ainsi le substituer à e-mail.

Si le Dictionnaire Hachette encyclopédique 2000 est le seul à consigner le nom masculin ou féminin webmestre, par contre le Petit Larousse propose une nomenclature technique nettement plus enrichie répertoriant notamment babillard électronique, fureteur, antivirus, site Web, extranet, menu déroulant, pare-feu, URL, alicament (de aliment et médicament), algothérapie, antibiorésistance qui ne figurent pas dans le Hachette.

Toujours sous le signe de la modernité, les deux ouvrages font état des nouveaux termes cigarettier, immunogénétique, thérapie génique et nandrolone (produit dopant), termes qu’il faut maintenant connaître pour comprendre les bulletins de nouvelles ou de sport! Notons que le dictionnaire Hachette présente en annexe « Les mots nouveaux du français vivant » qui sont au nombre de 440; cependant, les usagers ne penseront pas toujours à consulter cette liste de mots en attente d’être admis au dictionnaire. Le traitement du Petit Larousse qui intègre les nouveaux mots dans sa nomenclature est plus pratique.

Les nouveaux féminins : Maurice Druon ne sera pas content

Qu’en est-il de la féminisation? Monsieur le Secrétaire perpétuel de l’Académie française devra constater que la construction Madame le Ministre qu’il défendait avec tellement de vigueur est désormais chose du passé, selon les nouvelles éditions aussi bien de Larousse que de Hachette qui indiquent que le nom ministre peut être masculin ou féminin. Dans les éditions antérieures du Petit Larousse, les noms juge et peintre étaient masculins; en l’an 2000, ils sont épicènes : le ou la juge, le ou la peintre et, au féminin, magistrat devient magistrate. Hachette adopte la même position, toutefois les rédacteurs ont oublié de féminiser le nom juge.

Les mots de la francophonie

Le Petit Larousse de l’an 2000 accueille des mots du français de Belgique (ex. : caillant, e adj. Très froid. Il fait caillant ou brol n. m. Fam. Ensemble d’objets disparates; désordre) et du français de Suisse (ex. : bourrée n. f. Grande affluence, lolette n. f. Tétine que l’on donne à sucer à un nourrisson pour le calmer). L’ouvrage fait la part belle aux mots, expressions et sens du français du Québec : casse-tête, diététiste, grilladerie, halte routière, nettoyeur, planche à neige, rapailler (grâce à L’Homme rapaillé de Gaston Miron)... qui ne sont pas encore consignés dans le Hachette. Par contre, les deux ouvrages intègrent les québécismes caribou, décrocheur, encanteur, motomarine, niaiser, outarde, zec.

Il est intéressant de noter que, dans le Petit Larousse de l’an 2000, les mots qui nous sont exclusifs sont maintenant précédés de la mention Québec qui supplante celle de Canada maintenue dans l’édition 2000 du Hachette encyclopédique. On nous précise que les québécismes ont été proposés par l’Office de la langue française (OLF) du gouvernement du Québec.

Des correcteurs lousses?

L’intégration récente à la nomenclature du Petit Larousse illustré de l’adjectif lousse (de l’angl. loose) avec la mention Québec aura certainement échappé à l’OLF qui, dans son Grand Dictionnaire terminologique (http://www.lgdt.cedrom-sni.qc.ca), condamne cet anglicisme. Dans l’édition de l’an 2000, l’adjectif reçoit les sens suivants : « 1. Se dit de ce qui n’est pas serré, qui est ample; libre, sans entrave. Des chaussures lousses. Laisser son chien lousse. 2. Fam. Se dit de qqn qui est prodigue, généreux. » Dans les copies des épreuves de français du ministère de l’Éducation, on doit donc admettre l’emploi de l’adjectif emprunté à l’anglais; puisque le mot figure au dictionnaire sans mention de forme fautive, les élèves peuvent écrire impunément : les correcteurs sont lousses!

Innovation intéressante du Dictionnaire encyclopédique Hachette, édition 2000, une liste de plus de 200 anglicismes accompagnés de leurs équivalents français figure à la fin de l’ouvrage. Les rédacteurs ont tenu compte des recommandations de la Délégation générale à la langue française, de l’Office de la langue française du Québec et de l’Atelier de français vivant de la Maison de la francité de Bruxelles. Ainsi peut-on substituer au nom audit les termes vérification et révision comptable, à l’emprunt best-seller les expressions succès de librairie ou succès de vente, à brainstorming le nom remue-méninges, à display le mot présentoir, à feed-back l’équivalent français rétroaction, à zapping le québécisme pitonnage.

Des expressions nouvelles

Savez-vous ce qu’est un bandit manchot? Les nouveaux dictionnaires nous apprennent que cette expression familière désigne une machine à sous autorisée dans certains casinos. Que signifie la locution se tenir par la barbichette? Procéder à un chantage mutuel. Hors les murs se dit au sens figuré de ce qui est à l’extérieur d’un cadre traditionnel, ex. : théâtre hors les murs. Quel est l’équivalent en France de notre coulé dans le béton? Gravé ou inscrit dans le marbre. La langue est bien le reflet de la société.

Le temple de la renommée

Sont notamment admis au panthéon lexicographique l’écrivain américain Paul Auster, le poète Alain Bosquet, le parolier Pierre Delanoë, le cuisinier Alain Ducasse, le compositeur américain Philip Glass, le chanteur britannique Elton John, l’acteur Jean-Louis Trintignant, le chef d’orchestre japonais Seiji Ozawa, la chanteuse canadienne Céline Dion.

L’actualité

Les éditions de l’an 2000 sont vraiment à jour puisque le fils de Husayn (selon Larousse) ou Hussein (selon Hachette) de Jordanie, Abd Allah, qui vient tout juste d’être couronné est déjà inscrit à titre de roi de Jordanie. Il en est ainsi du Nunavut, territoire du nord du Canada créé en 1999, et de son chef-lieu, Iqaluit, qui figurent dans les nouvelles éditions. En Allemagne, le Parlement et le gouvernement se sont déjà réinstallés à Berlin et, bien sûr, les deux ouvrages consacrent un article détaillé à la nouvelle monnaie de 11 des 15 pays de l’Union européenne, l’euro. Pour les noms propres du Canada, le Petit Larousse illustré de l’an 2000 a bénéficié de la collaboration de l’historien Denis Vaugeois.

Planches et cartes

Les deux ouvrages comprennent des cartes géographiques mises à jour, des centaines d’illustrations, de photographies ou de dessins qui complètent efficacement les articles. À cet égard, on doit souligner la richesse exceptionnelle de l’iconographie du Petit Larousse de l’an 2000. Rien d’étonnant à cela : l’ouvrage respecte la tradition de la maison, une tradition qui s’est toujours maintenue depuis la publication des premiers Larousse illustrés. En effet, on pouvait lire déjà dans la préface de l’ancêtre du dictionnaire actuel publié il y a près d’un siècle : « Le Nouveau Larousse illustré se présente avec le double caractère d’un dictionnaire encyclopédique et d’un musée iconographique. »

Et quand on feuillette les 80 planches insérées spécialement pour l’édition de l’an 2000 du Petit Larousse, c’est tout un siècle qui défile en images sous nos yeux : les objets qui ont changé la vie, l’automobile, l’aviation, l’espace, les communications, la peinture et la sculpture, l’architecture, le cinéma, les grands romans du siècle, les grands compositeurs, les grandes figures de la science au XXe siècle.

Le livre de toutes les bibliothèques, de toutes les familles

Contrairement au dictionnaire de langue (comme Le Robert) qui a pour objectif de décrire les mots et leurs emplois, le dictionnaire encyclopédique vise principalement la description des choses désignées par les mots. La réalité décrite dans les nouvelles éditions de Larousse et Hachette est-elle bien celle du siècle qui s’achève?

Le Petit Larousse de l’an 2000 ainsi que, dans une moindre mesure, le Dictionnaire encyclopédique Hachette, édition 2000 décrivent de façon sommaire, mais efficace, l’univers actuel : nouvelles réalités politiques, géographiques, techniques, explosion des connaissances et des découvertes. Les définitions concises que proposent ces ouvrages destinés au grand public en facilitent la consultation.

Si l’on tient compte de l’étendue de la nomenclature, de l’importance des enrichissements, de la mise à jour effectuée pour la nouvelle édition, de la qualité de l’iconographie, de la présentation générale, le Dictionnaire Hachette, édition 2000 est un ouvrage honnête, actuel et bien fait alors que Le Petit Larousse de l’an 2000 constitue un grand millésime, une synthèse attrayante, pratique et accessible d’un savoir minimum, mais néanmoins immense.


Marie-Éva de Villers
Directrice de la qualité de la communication de 1990 à 2013 à HEC Montréal et auteure du Multidictionnaire de la langue française, du Multi des jeunes et de La Grammaire en tableaux.

Partager cette page :
| Plus
 
Logo HEC Montréal

Facebook YouTube Flickr Twitter LinkedIn Instagram
© HEC Montréal, 2017  Tous droits réservés.