Contenu Menu

Les mots : j'en fais mon affaire

Le long martyre du complément déterminatif

Au service de consultations linguistiques de la Direction de la qualité de la communication, un grand nombre des questions reçues portent sur le très pénible complément déterminatif. Les habitués se reconnaîtront sûrement dans la question suivante : faut-il mettre un « s » à « service » dans l'expression « des chefs de service »?

La réponse, dans ce cas-ci, est « non ». Mais qu'en est-il des millions d'autres cas possibles? Pour répondre à ces questions, il faut se reporter à la règle suivante : pour accorder un complément déterminatif, on utilise de préférence le singulier à moins que le complément n'impose l'idée de plusieurs êtres ou de plusieurs objets.

Mais encore? Voici quelques règles pratiques1 :


    • Le complément se met au singulier s'il désigne l'espèce, la classe en général ou bien la matière.
      Exemples : des verres à liqueur, des cartes de visite, des professeurs d'université, des doyens de faculté, etc.
       
    • Le complément se met au pluriel s'il a un sens concret, évoquant plusieurs objets particuliers.
      Exemples
      : un carnet d'adresses, un bouquet de roses, un pays de montagnes, une cave à liqueurs, etc.
       
    • Le pluriel s'impose quand le nom complément est généralement au pluriel lorsqu'il est employé dans le sens qu'il a dans l'expression.
      Exemples 
      : une femme d'affaires, une compagnie d'assurances, etc.
       
    • Le complément se met au pluriel lorsque les trois conditions suivantes sont réunies :
       
      1. il se rapporte à un nom collectif tel que « espèce », « genre », « type », « catégorie », etc.;
      2. il représente lui-même un nom concret;
      3. l'idée de pluralité s'impose.

      Exemples  : cette catégorie d'individus, ce genre de livres, ces genres de courage, etc.

       
    • Dans les expressions « plusieurs espèces de », « diverses sortes de » et autres semblables, le complément déterminatif se met ordinairement au pluriel, sauf s'il s'agit d'un nom abstrait
      Exemples 
      : plusieurs espèces de travailleurs, plusieurs types de comités, divers types de collaboration, diverses formes de bonheur, etc.
       
    • Lorsque le complément est précédé de tout, on emploie le singulier ou le pluriel.
      Exemples : des documents de tout genre (ou de tous genres), des règlements de toute espèce (ou de toutes espèces), etc.

La règle d'accord des participes passés des verbes pronominaux suivis d'un infinitif ne vous semble-t-elle pas simple à côté de celle-ci?


Marie Malo
Coordonnatrice des activités linguistiques à HEC Montréal de 1990 à 2001


1. Cette chronique s'inspire de la fiche no 128 des Observations grammaticales et terminologiques de Madeleine Sauvé.

Partager cette page :
| Plus

L'astérisque précède une forme ou une expression fautive, une impropriété.

Liste des chroniques

 
Logo HEC Montréal

Facebook YouTube Flickr Twitter LinkedIn Instagram
© HEC Montréal, 2017  Tous droits réservés.