Contenu Menu

Les mots : j'en fais mon affaire

Émissions possibles et impossibles

C'est par centaines que se font les émissions ici à l'École, des *émissions de diplômes aux émissions d'obligations, des émissions de télévision ou de radio aux *émissions de communiqués. Certaines émissions sont possibles, d'autres ne le sont pas. Séparons donc le bon grain de l'ivraie.

Le nom émission vient du verbe émettre qui a les sens suivants :

  1. Produire (une matière) en envoyant hors de soi. Ex. : Ce radiateur émet de la chaleur. Spécialement. Projeter spontanément hors de soi, par rayonnement (des radiations, des ondes). Ex. : Émettre un courant électrique.
     
  2. Produire au dehors, mettre en circulation, offrir au public (le complément désigne un instrument de paiement, monnaie, titre…). Ex. : Émettre un chèque, de faux billets, de nouvelles coupures. À Jersey, émet des billets de banque qui veut (Hugo).
     
  3. Faire sortir de soi (un son). Ex. : Émettre un grognement, un cri. Spécialement. Produire une suite de sons articulés. Ex. : Émettre un jugement, son opinion, une théorie, son avis.
     
  4. Diffuser une émission de radio ou de télévision. Ex. : Émettre sur la deuxième chaîne.

On ne peut donc employer le nom émission ou le verbe émettre pour parler de l'« acte administratif par lequel les diplômes sont remis ». On parlera plutôt de la délivrance des diplômes et de l'action de délivrer un diplôme. Toutefois, il faut se garder de confondre la délivrance de diplômes, qui est une formalité administrative, et la collation des grades, et non *graduation, qui est une cérémonie solennelle et officielle.

Quelques autres erreurs se glissent parfois dans l'emploi du verbe émettre ou du nom émission. Essayez de les corriger.

  1. Le Conseil du patronat a *émis un communiqué.
     
  2. On lui *émettra un passeport à temps pour son voyage.
     
  3. Le policier a répondu en *émettant un ordre.
     
  4. Le juge a *émis sa décision.
     
  5. Les Services financiers ont *émis un reçu pour les droits de scolarité.

Réponses

Attention, cette chronique s'autodétruira dans cinq secondes!


Marie Malo
Coordonnatrice des activités linguistiques à HEC Montréal de 1990 à 2001

Partager cette page :
| Plus

L'astérisque précède une forme ou une expression fautive, une impropriété.

Liste des chroniques

 
Logo HEC Montréal

Facebook YouTube Flickr Twitter LinkedIn Instagram
© HEC Montréal, 2017  Tous droits réservés.