Contenu Menu

Les mots : j'en fais mon affaire

À chacun son dû!

L'emploi correct du terme n'est pas chose facile et il mérite un examen des plus minutieux.

Le nom signifie : « Ce que quelqu'un peut légitimement réclamer. Elle s'acharnait à réclamer encore davantage. Elle parlait de son dû. (Aragon.) » (Lexis.) Ce nom ne s'emploie qu'au singulier : au cours de nos recherches, nous n'avons trouvé, dans les nombreux dictionnaires et ouvrages de référence consultés, aucune occurrence du nom au pluriel1

Le participe passé du verbe devoir, qui fait au masculin singulier, perd, quant à lui, son accent circonflexe au masculin pluriel et au féminin singulier et pluriel : dus, due, dues. L'accent circonflexe, qui notait une étymologique, a été maintenu depuis 1740 par l'Académie française2 pour distinguer le participe passé au masculin singulier de l'article contracté du. Ex. : J'aurais dû boire du lait. Les honneurs qui lui sont dus lui ont été rendus. Cette malencontreuse remarque est due à sa mauvaise humeur. Ses victoires sont dues au hasard.

Dans les deux derniers exemples, le participe passé signifie « avoir pour cause » et est employé correctement. Cependant, le participe passé peut aussi s'utiliser comme adjectif et c'est sous cette forme que nous commettons certaines fautes, inspirées de l'anglais. L'adjectif signifie : « 1. Que l'on doit. Somme due. 2. Qui est redevable à; causé par. Accident dû à la maladresse. » (Nouveau Petit Robert.)

Toutefois, l'expression *dû à est un calque de l'anglais due to quand elle est employée comme locution prépositive au sens de « en raison de », « compte tenu de », « à cause de ». On ne peut donc pas dire : La construction du pont est ralentie *dû à la grève. Par contre, on peut dire : la construction du pont est ralentie en raison de la grève ou le ralentissement de la construction du pont est dû à la grève. Ainsi, les mots dû à s'emploient dans le sens de « causé par », « attribuable à » et si l'on peut ajouter ou sous-entendre l'auxiliaire être; cependant ils sont incorrects au sens de « à cause de ».

Voici quelques exemples de constructions proposées :
 

  • Grâce à vous (et non *dû à vous), je suis arrivé à temps.
     
  • Vu, ou étant donné, ou à cause de son charisme (et non *dû à), il a remporté la victoire.
     
  • Compte tenu de, ou en raison de (et non *dû à) ces changements, ...
     
  • Par suite d' (et non *dû à) un mauvais renseignement,...
     
  • Une autre erreur fréquente vient de l'expression anglaise past due. En effet, pour dire d'un compte que son échéance est dépassée, il faut dire qu'il est échu ou en souffrance, et non *passé dû. D'autres erreurs découlent de cette idée d'échéance qui arrive à terme.

Voici quelques exemples de constructions proposées :
 

  • Je suis mûr (et non *je suis dû) pour des vacances ou j'ai besoin de vacances ou il est grand temps que je prenne des vacances.
     
  • Il devrait avoir, ou on devrait lui accorder (et non *il est dû pour) une augmentation.
     
  • L'autobus doit arriver (et non *est dû) à 21 h, est attendu à 21 h.


Marie Malo
Coordonnatrice des activités linguistiques à HEC Montréal de 1990 à 2001


1. Cependant seul Adolphe Thomas, dans son très précieux Dictionnaire des difficultés de la langue française (Larousse), signale que le nom est masculin singulier.
2. Selon Nina Catach dans le Dictionnaire historique de l'orthographe française, Paris, Larousse, 1995, p. 378-379. 

Partager cette page :
| Plus

L'astérisque précède une forme ou une expression fautive, une impropriété.

Liste des chroniques

 
Logo HEC Montréal

Facebook YouTube Flickr Twitter LinkedIn Instagram
© HEC Montréal, 2017  Tous droits réservés.