Le contenu

L’Institut du Québec prévoit des répercussions positives de l’AECG sur l’économie du Québec

26 mai 2016


Selon l’Institut du Québec (IdQ), un centre de recherche créé par le Conference Board du Canada et HEC Montréal, l’Accord économique et commercial global (AECG) avec l’Europe pourrait générer des ventes supplémentaires pour le secteur manufacturier du Québec de plus de 320 millions de dollars par année. Les deux rapports publiés par l’IdQ confirment que cet accord important, qui sera signé dans les prochains mois, permettra aux entreprises du Québec d’intégrer plus massivement le marché de l’Union européenne grâce à un accès aux marchés publics, à une baisse des tarifs douaniers et à une uniformisation des certifications.

« Avec 324 millions $ de ventes supplémentaires pour les entreprises du Québec, il s’agit d’un accord phare de deuxième génération qui va plus loin que l’ALÉNA », a déclaré Raymond Bachand, président de l’IdQ. En plus de prévoir l’effet de l’AECG sur les exportations, l’IdQ souligne les stratégies gagnantes que doivent emprunter les entreprises québécoises, principalement des PME, qui veulent faire affaire en Europe. Pour réussir, elles doivent constamment innover pour mettre de nouveaux produits en marché, viser des créneaux à haute valeur ajoutée et développer une expertise d’exportation en Amérique du Nord avant de se lancer en Europe. Les entreprises auraient également avantage à miser sur les liens particuliers qu’entretient le Québec avec la zone méditerranéenne européenne pour développer des affaires avec ces pays. En effet, ces derniers devraient connaître une croissance économique intéressante au cours des prochaines années.

Les deux rapports sont accessibles sur le site de l’Institut du Québec.


Nouvelles > 2016 > L’Institut du Québec prévoit des répercussions positives de l’AECG sur l’économie du Québec