Le contenu

Ph. D. : maintenant 250 diplômés

1 mars 2012

Le 23 février 2012, Jean-François Lalonde devenait le 250e doctorant de HEC Montréal à soutenir sa thèse devant un jury avec succès. Ce chiffre impressionnant témoigne de l’apport important de l’École depuis 37 ans dans la formation de chercheurs de haut niveau dans toutes les disciplines de la gestion.

À Montréal, le programme de doctorat (Ph. D.) en administration a été créé en 1975. Depuis sa fondation, il est offert conjointement par HEC Montréal et les universités Concordia, McGill et du Québec à Montréal (UQÀM). Ce programme unique en Amérique du Nord par son caractère bilingue et par son envergure, donne accès aux étudiants à un bassin de quelque 400 professeurs, dont 260 de HEC Montréal.

Avec 155 étudiants à l’heure actuelle, sur un total de 403 pour le programme conjoint, HEC Montréal accueille 38 % des étudiants au doctorat en administration à Montréal. Parmi ceux-ci, environ 60 % sont des étudiants étrangers ou des résidents permanents. Par ailleurs, le programme conjoint compte 641 diplômés, dont 250 à HEC Montréal dans l’une ou l’autre des 10 spécialisations, soit 39 %.

Côté carrière, 14 % des diplômés du Ph. D. de HEC Montréal sont des consultants, des analystes ou des gestionnaires de haut niveau. Mais la plupart d’entre eux, 76 %, embrassent une carrière de professeur-chercheur, 42 % exerçant au Québec, 12 % au Canada et 22 % à l'étranger*. « Au début du programme, les diplômés ont surtout intégré les corps professoraux des universités québécoises, ce qui a alors permis de combler des besoins pressants, souligne le directeur du programme, Alain d'Astous. Par la suite, ils sont allés vers d’autres provinces canadiennes. Et aujourd’hui, on les trouve dans des universités partout à travers le monde. Il s’agit d’un réseau extraordinaire, car plusieurs d’entre eux collaborent à des projets de recherche avec des professeurs d’ici. Ils sont aussi susceptibles de nous recommander de futurs étudiants ou de revenir à titre de professeur visiteur ou de professeur à temps plein. Dans tous les cas, ce sont des ambassadeurs de premier plan de HEC Montréal et du Québec. »

 

Diversité culturelle

Dans le grand champ du management, la 250e thèse soutenue à HEC Montréal, qui s’intitule Entrepreneuriat arabe, cultures et équipes entrepreneuriales multiethniques, traite de l’influence de la culture sur le processus de création d'entreprises. Comme méthodologie, Jean-François Lalonde a procédé à une observation participante au sein d’une entreprise en démarrage dans laquelle il est lui-même associé, qui a été complétée par l’analyse de tous les documents créés par l’entreprise au cours des deux dernières années ainsi que par des entrevues structurées avec tous les membres de l’équipe entrepreneuriale. 

Après observation et analyse, la thèse fait ressortir que la culture a un impact très important sur la dynamique et la performance des équipes entrepreneuriales multiethniques et apporte plusieurs contributions et solutions. Sur le plan de la pratique de l’entrepreneuriat, les résultats suggérés par cette thèse permettent d’évaluer et d’ajuster les systèmes publics de soutien aux entrepreneurs et aux équipes entrepreneuriales, par de bonnes pratiques de gestion de la diversité culturelle. Sur le plan théorique, Jean-François Lalonde en vient entre autres à la conclusion que la littérature en anthropologie peut apporter des perspectives nouvelles aux chercheurs en entrepreneuriat. De plus, le nouveau titulaire d'un doctorat suggère d'utiliser les résultats concernant les équipes entrepreneuriales multiethniques comme base à un élargissement de la recherche dans ce domaine, notamment sur la question du choc culturel en entrepreneuriat.

Le jury devant lequel Jean-François Lalonde a soutenu sa thèse était composé du professeur Alain Chanlat, directeur de thèse et directeur du Centre humanisme, gestion et mondialisation, du professeur Brahim Allali, président rapporteur, de Jocelyn Desroches, membre du jury et professeur à l'UQÀM, et d'Étienne St-Jean, examinateur externe, professeur et titulaire de la Chaire de recherche sur la carrière entrepreneuriale à l'UQTR. Était également présent lors de la soutenance le professeur Allain Joly, représentant du directeur de l’École.

Le directeur de thèse, Alain Chanlat, en compagnie de Jean-François Lalonde.

 

*Données de novembre 2011.


Nouvelles > 2012 > Ph. D. : maintenant 250 diplômés