Le contenu

Robert Dutton, professeur d'un jour

9 mars 2010

Une quarantaine d’étudiants de MBA ont assisté à l’exposé donné par Robert Dutton, président et chef de la direction de RONA, dans le cadre du programme Professeur d’un jour de HEC Montréal, pendant le cours de leadership de Laurent Lapierre, le 9 mars. Le dirigeant, en choisissant pour thème L’entreprise : d’abord des personnes, annonçait déjà ses couleurs.

Selon ce diplômé de HEC Montréal entré au service de RONA au sortir de l’École, en 1977, promu vice-président exécutif et chef des opérations en 1990, puis président et chef de la direction en 1992, on ne dirige pas une entreprise, mais des personnes. Le rôle du dirigeant consiste à mobiliser le talent nécessaire à l’accomplissement de la mission de l’entreprise.

Si la notion de talent est habituellement liée à des habiletés exceptionnelles, Robert Dutton parle plutôt du talent « ordinaire » qui se retrouve à tous les échelons de l’entreprise. Cet actif stratégique fondamental permet de valoriser tous les autres actifs : usines, brevets, réputation...

Cette vision élevée ne relève pas de l'utopie. Sous la gouverne de Robert Dutton, au cours des 20 dernières années, l’entreprise a décuplé ses ventes nettes, de 464 M$ à 4,7 G$, et triplé le nombre d’employés de son réseau, de 10 000 à 30 000 personnes. De chef de file du secteur de la distribution qu’elle était au Québec, RONA a pris la première place du commerce de détail dans tout le Canada, malgré l’arrivée de grandes chaînes américaines, comme Home Depot et Lowe’s.

Le quincaillier, qui a fait son entrée en Bourse en 2002, a accompli cette croissance remarquable en restant fidèle à une culture distinctive qui repose sur cinq valeurs fortes : le service, la solidarité, le respect de la dignité humaine, la recherche du bien commun, le sens des responsabilités. Le président et chef de la direction a aussi évoqué « le courage de faire les choses différemment, de sortir des sentiers battus » comme facteur de la réussite de RONA.

Fidéliser et écouter les employés

Robert Dutton fait de la gestion du talent un engagement profond. Il estime que son rôle consiste à entretenir ce qu’il appelle la « passion », un élément que, contrairement à des concepts ou à des produits, les concurrents de l'entreprise ne peuvent imiter. Pour ce faire, il importe de séduire et de fidéliser ses employés autant que les consommateurs. L'entreprise met tout en œuvre pour fournir des occasions de développement à son personnel. Par exemple, en période difficile, RONA a le réflexe d’accroître ses efforts en matière de formation, parce qu’elle considère que des personnes enthousiastes et mieux formées sont plus aptes à réaliser des ventes. La marque-employeur vise en priorité les jeunes et les jeunes retraités, qui apprécient sa politique d’horaires de travail flexibles. L’entreprise s’est aussi dotée d’un programme de relève structuré afin de préparer les employés prometteurs à assumer de plus grandes responsabilités.

RONA, dont la croissance rapide s’est effectuée principalement par des acquisitions au cours des dernières années, veille à faire adhérer à sa culture les employés qui se joignent au groupe. Elle tient notamment des déjeuners-rencontres avec la haute direction et des « dîners de la culture » afin d’échanger au sujet des valeurs de l’entreprise.

Robert Dutton, comme les membres de son équipe, reprend périodiquement du service dans les magasins afin de rester en contact avec le personnel et avec le marché. Bon an mal an, il rencontre personnellement 6 000 employés. En outre, il consacre annuellement six jours à un exercice de réflexion et d'échanges sur l’avenir de l’entreprise avec de jeunes employés âgés de 20 à 35 ans. Un investissement en temps exceptionnel pour un dirigeant, mais une activité que celui-ci juge extrêmement instructive et porteuse pour l’entreprise.

Poursuivre la croissance en s’appuyant sur l'éthique

En réponse à l'une des nombreuses questions posées par les étudiants à la suite de son exposé, Robert Dutton s’est dit convaincu que l’entreprise pourrait poursuivre sa vigoureuse croissance tout en s'appuyant sur une éthique irréprochable. Il déplore que la dernière récession n’ait pas donné lieu à une réflexion fondamentale sur ce sujet. Il constate cependant que celle-ci a eu un impact sur la consommation. Or, RONA, entreprise qui s’engage socialement et a des pratiques de gestion avant-gardistes, est bien placée pour répondre aux nouvelles attentes des consommateurs.

 

Au premier rang, Pierre Laurin, Robert Dutton et Laurent Lapierre


Nouvelles > 2010 > Robert Dutton, professeur d'un jour