Le contenu

Suzanne Rivard, lauréate du prix Marcel-Vincent de l’ACFAS

9 octobre 2009

À l’occasion de son 65e Gala annuel tenu hier au Centre des sciences de Montréal, l’Association francophone pour le savoir (ACFAS) a rendu hommage à Suzanne Rivard, titulaire de la Chaire de gestion stratégique des technologies de l’information, en lui décernant le prix Marcel-Vincent (sciences sociales) pour sa contribution remarquable à l’évolution des connaissances scientifiques dans son domaine. Cette nouvelle marque d’estime témoigne du respect et de la reconnaissance que lui manifestent ses pairs et couronne près de trois décennies de travaux qui l’ont amenée à occuper un rôle de premier plan, à l’échelle internationale, dans l’univers des technologies de l’information (TI).

Suzanne Rivard a commencé à ouvrir la voie dès ses études doctorales. En 1983, elle a reçu le premier doctorat canadien en gestion des systèmes d’information, obtenu de l’Université de Western Ontario. Parmi les premières sur le sujet, sa thèse, qui portait sur l’utilisation naissante de l’informatique en dehors du cercle restreint des programmeurs, a été suivie de nombreux articles abondamment cités.

Pionnière dans bien des secteurs, chercheure avant-gardiste, Suzanne Rivard est aujourd’hui une figure incontournable dans le domaine des TI. Son influence est notoire dans tous ses champs d’expertise, notamment en gestion de risque de projets de TI, en impartition, en transformation des processus d’affaires, en implantation de TI et en gestion stratégique des TI.

Dans l’ensemble de ses fonctions, cette chercheure prolifique accorde encore aujourd’hui la prépondérance à l’enseignement, qu’elle exerce passionnément avec une rigueur, une justesse et un doigté des plus appréciés. Elle a à ce jour dirigé plus de 50 étudiants à la maîtrise et au doctorat et elle en dirige actuellement 5. Elle accorde par ailleurs une très grande importante au transfert des connaissances aux milieux de la pratique.


Fait saillants

Quelques faits saillants de la carrière de Suzanne Rivard, membre de la Société royale du Canada depuis 2005 et fellow du Centre interuniversitaire de recherche en analyse des organisations (CIRANO), illustrent la reconnaissance que lui témoignent ses pairs:

2007 : elle est coresponsable du programme du congrès 2007 de l’International Conference on Information Systems — reconnu comme étant le congrès scientifique le plus prestigieux en TI —, qui regroupe à Montréal quelque 1500 chercheurs du monde entier et qui connaît un vif succès scientifique.

2007 : elle est la lauréate du prix Gérard-Parizeau, assorti d’une bourse de 30 000 $, pour l’originalité de sa pensée et de son œuvre de chercheure.

2007 : elle est nommée rédactrice associée au Journal of Management Information Systems, rédactrice principale au Journal of the Association for Information Systems ainsi que membre du comité consultatif du MIS Quarterly Theory and Review Department.

2006 : elle obtient le prix du meilleur article publié en 2005 dans MIS Quarterly, la revue scientifique ayant, selon le Journal Citation Report de 2005, le facteur d’impact le plus élevé tant en sciences de la gestion qu’en informatique et en systèmes d’information. L’article, cosigné avec Liette Lapointe, de l’Université McGill, et paru en septembre 2005, s’intitule « A Multilevel Model of Resistance to Information Technology Implementation ».

2006 : elle est élue représentante des Amériques au conseil de direction de l’Association for Information Systems (AIS).

2003 : elle est conférencière d’honneur pour la division Systèmes d’information au congrès de l’Association des sciences administratives du Canada.

Depuis 2003 : elle est membre du comité scientifique du Groupe des écoles de télécommunications, à Paris.

1999 et 2000 : elle dirige le groupe des technologies du CIRANO.

1994 : la revue MIS Quarterly adopte le schème de mots clés du domaine des TI qu’elle a élaboré avec les professeurs Henri Barki et Jean Talbot, schème qui devient LA référence en ce domaine.


Nouvelles > 2009 > Suzanne Rivard, lauréate du prix Marcel-Vincent de l’ACFAS