Le contenu

Vers de meilleures pratiques en gestion stratégique en contexte pluraliste

Nouvelle chaire de recherche du Canada

1 octobre 2008

La gestion stratégique au sein des organisations qui évoluent en contexte pluraliste pose des défis particuliers. Des buts et des valeurs multiples, parfois même ambigus, et un pouvoir partagé, voire diffus, caractérisent ces organisations où la prise de décision repose sur des connaissances réparties entre des personnes de professions et de niveaux hiérarchiques différents. Mieux comprendre les mécanismes de la gestion stratégique en pareil contexte afin de favoriser l’adoption de meilleures pratiques, tel est l’objectif poursuivi par la nouvelle Chaire de recherche du Canada en gestion stratégique en contexte pluraliste dirigée par Ann Langley, professeure de management à HEC Montréal.

Ann Langley croit fermement que des progrès théoriques et pratiques pourront être réalisés par l’étude des expériences de ceux et celles qui travaillent en contexte pluraliste, comme par exemple dans des organisations du secteur crucial de la santé, qu’elle connaît particulièrement bien. En effet, les recherches qu’elle a menées à ce jour avec des collègues et des étudiants de HEC Montréal et de l’Université de Montréal ont très souvent pris la forme d’études longitudinales en profondeur dans ce secteur, sur des questions relatives, par exemple, à des fusions, à des fermetures, au changement ou à la gouvernance. Ses travaux et ceux de ses étudiants ont également porté sur le secteur des arts et le secteur des organismes à but non lucratif. Les secteurs des coopératives, des universités et de la consultation sont également des contextes où ses travaux ont une pertinence évidente.

Ann Langley rappelle que la majorité des modèles et des méthodes de gestion stratégique ont été développés pour des organisations à structure hiérarchique, ayant des objectifs économiques bien définis et où l’expertise et le pouvoir sont concentrés aux échelons les plus élevés. « Mais en contexte pluraliste, demande-t-elle, quels sont les outils de gestion les plus efficaces ? Quelles sont les habiletés requises ? Comment les objectifs de changement stratégique peuvent-ils être atteints là où le pouvoir est partagé, donc limité, et où chacun peut avoir des points de vue à la fois différents et légitimes sur les priorités organisationnelles ? »

À un moment où les organisations emploient de plus en plus de professionnels, où elles font face à de plus en plus d’enjeux sociaux et environnementaux et où les frontières deviennent plus fluides, il est manifestement important d’élargir notre compréhension de la gestion stratégique.

À cet égard, le directeur de HEC Montréal, Michel Patry, souligne que l’École regroupe l’un des plus importants corps professoraux en management au Canada, ainsi que, déjà, cinq chaires et plusieurs unités de recherche dans ce seul domaine. « L’octroi de cette nouvelle chaire à HEC Montréal créera des synergies nouvelles en management. L’interdisciplinarité sera aussi favorisée, par exemple avec des chercheurs en gestion des opérations et de la logistique et en technologies de l’information, et des travaux seront aussi menés avec des professeurs d’autres universités. Cela nous offre une occasion de plus d’accroître notre expertise en gestion stratégique et, par le fait même, d’accroître notre apport au succès et à la croissance des organisations. »

L’annonce de la création de la Chaire de recherche du Canada en gestion stratégique en contexte pluraliste a été faite le 30 septembre. Cette chaire de premier niveau est créée dans le cadre du Programme des chaires de recherche du Canada qui lui alloue une contribution de 1,4 million de dollars sur 7 ans. Cette septième chaire de recherche du Canada mise sur pied à HEC Montréal porte à 24 le nombre total de chaires que renferme l'École.


La professeure Ann Langley

Auteure abondamment citée dans la communauté scientifique, Ann Langley a signé deux ouvrages et plus de 40 articles parus dans les revues scientifiques en management. Elle a été professeure invitée au Royaume-Uni, en Norvège, en France, en Suisse et au Brésil et elle a noué des liens de collaboration avec des collègues de plusieurs universités à travers le monde. Elle possède une vaste expérience de la direction d’étudiants à la maîtrise et au doctorat et, pour ses qualités de pédagogue, elle a remporté ex æquo, en 2007, la Médaille d'excellence pédagogique de la Conférence internationale des dirigeants des institutions d’enseignement supérieur et de recherche de gestion d’expression française (CIDEGEF). Elle est titulaire d’une M.A. en recherche opérationnelle de l’Université de Lancaster, au Royaume-Uni, et d’un Ph. D. en administration de HEC Montréal.

Ses principaux champs de spécialisation portent sur les processus et les pratiques stratégiques, sur la gestion des organisations dans le domaine de la santé, sur la prise de décision et sur l’innovation. En 2006, elle a cofondé à HEC Montréal le Groupe d’étude sur la pratique de la stratégie, qu’elle codirige toujours.


Nouvelles > 2008 > Vers de meilleures pratiques en gestion stratégique en contexte pluraliste