Contenu Menu

Comprendre le marché du travail canadien

Principaux défis

La recherche d’un emploi, même dans un marché favorable, exige toujours beaucoup d’efforts. C’est particulièrement le cas des étudiants internationaux puisqu’ils doivent comprendre le caractère unique du marché du travail canadien : les compétences linguistiques requises, les différences culturelles, les pratiques d’embauche, et les stratégies de recherche d’emploi. Les conseils pratiques suivants vous aideront à acquérir les connaissances et les compétences qui vous permettront de mener à bien votre recherche d’emploi. Lisez-les attentivement et n’oubliez pas qu’il n’y a pas de « formule magique ». L’atteinte de vos objectifs de carrière exige beaucoup d’efforts, d’engagement et de préparation.    

  

10 conseils pour les étudiants internationaux qui recherchent un emploi au Canada 

  1. Choisissez judicieusement votre programme d’études
  2. Faites preuve de souplesse dans vos choix de carrière
  3. Prenez les moyens pour acquérir une expérience de travail « canadienne »
  4. Soyez un « expert » des questions d’immigration
  5. Améliorez vos compétences linguistiques
  6. Comprenez les différences culturelles
  7. Préparez-vous à faire face aux idées préconçues
  8. Informez-vous des lois sur la discrimination et l’équité en matière d’emploi
  9. Utilisez le réseautage comme stratégie efficace de recherche d’emploi
  10. Mettez l’accent sur votre valeur ajoutée et présentez-vous avec confiance

1. Choisissez judicieusement votre programme d’études

Aucun diplôme ne vous assurera un emploi dans votre domaine d’intérêt. Si vous ne parvenez pas à démontrer au recruteur que vous possédez les connaissances, compétences et habiletés requises pour le poste, vous ne serez pas embauché. Ainsi, le choix de votre programme d’études exigera que vous déterminiez quel est votre objectif de carrière, quelles compétences, expérience et connaissances sont recherchées et quels sont les débouchés sur le marché du travail.

Ressources :

  • CareerLeader®  : un outil d’autoévaluation disponible au SGC,  pour identifier vos intérêts, valeurs et aptitudes et comprendre leur lien avec l’emploi visé.
  • Rencontre avec une conseillère en gestion de carrière pour discuter des résultats du CareerLeader® et vous aider à choisir votre programme d’études.

2. Faites preuve de souplesse dans vos choix de carrière

Les étudiants internationaux veulent parfois réorienter leur carrière tout en intégrant le marché du travail canadien. Le fait de ne pas posséder d’expérience canadienne est déjà un défi en soi, alors l’ajout d’une réorientation professionnelle en parallèle rend le défi de la recherche d’emploi encore plus difficile à relever. Par conséquent, il est préférable de faire preuve de souplesse dans le choix des différentes possibilités d’emplois et de voir votre plan de carrière comme une série de petits ponts à traverser. Il est possible que votre premier poste ne corresponde pas parfaitement à vos attentes, mais il est important de conserver une vision à long terme du déroulement de votre carrière. Voici quelques conseils sur la façon de préparer et de simplifier un changement de carrière : premièrement, vous devez trouver un moyen de faire le pont (expérience, compétences, et études) entre votre ancienne et votre nouvelle carrière. Deuxièmement, bien que les compétences transférables, c’est-à-dire celles qui sont applicables dans de nombreux champs professionnels, soient un volet important d’une réorientation, il est souvent essentiel d’acquérir de l’expérience additionnelle avant de trouver l’emploi recherché. 

Ressources 

  • CareerLeader® : un outil d’autoévaluation disponible au SGC,  pour identifier vos intérêts, valeurs et aptitudes et comprendre leur lien avec l’emploi visé.  
  • Rencontre avec une conseillère en gestion de carrière pour discuter des résultats du CareerLeader® et découvrir les possibilités de carrières qui correspondent le mieux à votre profil.

3. Prenez les moyens pour acquérir une expérience de travail « canadienne »

Que vous planifiiez ou non un changement de carrière, il vous sera utile d’acquérir de l’expérience canadienne pour intégrer le marché du travail. Il existe plusieurs moyens d’y arriver tout au long de votre programme d’études : stages, emplois à temps partiel, emplois d’été, bénévolat, et autres implications. Voilà d’excellents moyens d’acquérir une connaissance directe de certains secteurs d’activité, de développer votre réseau de contacts dans votre domaine d’intérêt, et de découvrir le type d’expérience que les employeurs recherchent. Toute occasion que vous avez de démontrer votre volonté de vous adapter au marché du travail canadien fera de vous un meilleur candidat.

Ressources :

4. Soyez un « expert » des questions d’immigration

Il ne faut pas s’attendre à ce que les recruteurs sachent tout sur les lois et règlements concernant votre statut d’emploi au Canada. Il est de votre responsabilité de connaître toutes les exigences en matière d’immigration et de permis de travail. Plus vos connaissances sont grandes, plus vous serez en mesure d’expliquer votre situation à un futur employeur.

Ressources :

  • Services aux étudiants –  Travailler au Canada 
  • Atelier Permis de travail au Canada  – Services aux étudiants
  • Permis de travail et visa pour le Canada : Goinglobal®

5. Améliorez vos compétences linguistiques

Le Canada est un pays bilingue, mais le français est la langue la plus parlée dans la province de Québec. Ainsi, il peut s’avérer difficile de se trouver un emploi dans plusieurs régions du Québec, si vous ne parlez pas français. D’autre part, si vous maîtrisez l’anglais et que vous ne parlez pas français, vous devriez suivre des cours de français intensifs afin d’améliorer vos perspectives d’emploi. Si ce n’est pas possible, vous devrez fort probablement chercher un emploi dans une des grandes villes canadiennes : Toronto, Calgary, et Vancouver.  À noter qu’à Montréal, un important pourcentage de la population est bilingue et dans bien des cas, la maîtrise de l’anglais est une exigence essentielle.

Ressources :

6. Comprenez les différences culturelles

Le développement d’une sensibilisation culturelle est un élément essentiel de votre recherche d’emploi. Pour que cette dernière soit fructueuse, vous devez connaître les différences entre la culture de votre pays d’origine et celle du Canada. Par exemple, dans certaines cultures, il peut sembler prétentieux et individualiste de parler de ses réalisations et de ses compétences, à moins que ce ne soit dans le cadre d’un travail d’équipe. Au Canada cependant, il est normal de parler ouvertement de ses réalisations dans une entrevue d’emploi. C’est même ce que les employeurs exigent, car c’est pour eux un excellent moyen d’en apprendre davantage sur les compétences d’un candidat.

Ressources :

  • Atelier Les règles du jeu dans le marché de l’emploi canadien : valeurs et culture 
  • Conseils sur la culture canadienne : Goinglobal Cultural Advice®
  • Atelier L’étiquette en affaires : comment faire bonne impression 
  • Atelier Réseautage et recherche d’emploi stratégique
  • Atelier Communiquez efficacement en entrevue 

7. Préparez-vous à faire face aux idées préconçues des employeurs

Certains recruteurs ont parfois la fausse impression que l’embauche d’un étudiant international est plus complexe et qu’elle exige beaucoup de temps. De plus, ils peuvent craindre que l’étudiant décide de retourner dans son pays et donc être plus hésitants à investir temps et argent dans la formation de nouveaux employés pour les voir quitter l’entreprise peu de temps après. Par ailleurs, certains peuvent aussi penser que les étudiants internationaux manquent d’expérience « canadienne », comme si leur expérience à l’étranger n’avait pas de valeur. Il est par conséquent important de vous préparer adéquatement à surmonter les idées préconçues qu’un recruteur pourrait avoir à votre sujet.

Ressources :

8. Informez-vous des lois sur la discrimination et l’équité en matière d’emploi

L’objectif de la Loi canadienne sur les droits de la personne est d’interdire la discrimination selon 11 motifs dont la race, l’origine nationale ou ethnique, l’âge, l’état matrimonial, la situation familiale, etc. Contrairement à la pratique courante dans plusieurs pays, les employeurs ne s’attendent donc pas à trouver dans votre CV des renseignements de cette nature. En d’autres mots, au Canada, il est préférable de ne pas inclure de photo ni de renseignements sur votre état matrimonial, votre nationalité ou votre âge. Les employeurs se doivent de juger votre candidature selon vos compétences.

 La Loi sur l’équité en matière d’emploi exige que les employeurs prennent des mesures proactives pour améliorer les chances d’emploi des quatre groupes désignés : les femmes, les personnes handicapées, les autochtones et les minorités visibles. Environ 590 organisations du secteur privé assujetties à la compétence fédérale et de la fonction publique fédérale sont couvertes par cette loi. Par conséquent, ces organisations ont tendance à avoir une main-d’œuvre plus diversifiée.

Ressources :

  • Liste des employeurs assujettis à la Loi sur l’équité en matière d’emploi : secteur public et secteur privé 
  • Atelier Préparez un CV gagnant 

9. Utilisez le réseautage comme une stratégie efficace de recherche d’emploi

Au Canada, une importante quantité de postes à combler ne sont pas publiés dans les journaux ni sur Internet. Par souci d’économie ou de rapidité, ces postes sont comblés par le bouche à oreille ou par référence. Une étude effectuée auprès de recruteurs, le 2010 Graduate Management Admission Council Corporate Recruiters Survey, indique que 76 % des employeurs utilisent les références provenant de leurs employés comme stratégie de recrutement. Par conséquent, les candidats qui désirent maximiser leur recherche d’emploi, en plus de répondre aux annonces et avoir recours aux firmes de recrutement, ont tout intérêt à augmenter leur visibilité dans le marché de l’emploi en développant leur réseau de contacts personnels.

Pour que votre recherche d’emploi soit fructueuse, vous devez combiner plusieurs stratégies de recherche d’emploi et, le réseautage est de loin la meilleure stratégie pour découvrir le « marché caché de l’emploi ». Il existe de nombreux moyens de développer  votre réseau :

  • Joindre une association professionnelle;
  • Faire du bénévolat;
  • Participer à des activités telles que les journées carrières, salons de l’emploi, rencontres de prérecrutement avec les entreprises, conférences, visites d’entreprise,  cocktails de réseautage;
  • Joindre des associations étudiantes et des comités;
  • Réaliser des rencontres d’information avec des professeurs, d’anciens collègues de travail, des fournisseurs, des clients, des diplômés;
  • Joindre des groupes sociaux virtuels tels que les clubs HEC et LinkedIn.

Ressources :

 10. Mettez l’accent sur votre valeur ajoutée et présentez-vous avec confiance

En tant qu’étudiant international, vous offrez un ensemble unique de connaissances, de compétences et d’habiletés. Présentez votre candidature de façon à ce que votre « valeur ajoutée » soit évidente aux yeux du recruteur. Tenez compte de vos « atouts uniques », comme par exemple : 

  • vos compétences multilingues;
  • votre avantage biculturel;
  • vos connaissances des plus récents développements industriels à l’étranger;
  • vos connaissances des entreprises qui pourraient aider des employeurs à développer de nouveaux marchés;
  • votre détermination, votre capacité à vous adapter à un environnement multiculturel et à y travailler.

N’oubliez pas de mettre en évidence les compétences transférables que vous avez acquises dans votre pays, car celles-ci peuvent facilement être transposées dans l’emploi que vous ciblez.  

Ressources :

 
Logo HEC Montréal

Facebook YouTube Flickr Twitter LinkedIn Instagram
© HEC Montréal, 2017  Tous droits réservés.