Le contenu
En

La grande gueule fait-elle le bon argumenteur?

29 novembre 2017

Le président américain Donald Trump, champion de la répartie tirée à bout portant, est-il pour autant bon argumenteur? Peut-on gagner un débat en parlant le plus fort et le plus vite, comme plusieurs le croient? Pas si sûr!

Depuis la campagne électorale qui l’a porté au pouvoir, on a vu le président républicain recourir à un procédé argumentaire fort utile pour déstabiliser l’adversaire dans un débat : l’attaque personnelle, appelée l’argument ad hominem. La candidate démocrate défaite Hillary Clinton en a fait les frais, preuve de la redoutable efficacité de ce type d’attaque. Toutefois, dans la joute qui oppose maintenant le leader américain au leader Nord-coréen, l’opposant Kim Jong-un rétorque coup pour coup, à armes égales, lui aussi ad hominem.

Le « Petit gros » traite avec fougue l’autre de « Vieux fou » faisant monter la tension internationale d’un cran chaque fois. Depuis les philosophes grecs, on sait pourtant que frapper sous la ceinture n’élève pas le débat au dessus de la mêlée. Laissons-les à leur parade dangereuse pour l’humanité et retournons au bureau.

Après une prise de bec entre collègues, plusieurs observateurs vont faire semblant d'abonder dans le sens de l’argumenteur à la grande gueule, tout simplement pour avoir la paix à l’issue de ce spectacle saisissant. Mais, rares sont ceux qui en sortiront enrichis d’un nouveau point de vue. Après une année à la Maison blanche, même Trump, pourtant maître du jeu, n’a pas réussi à convaincre ses détracteurs.

Pour une argumentation efficace propre aux leaders d’opinion, il faut avoir une idée maîtresse à défendre, savoir définir son opinion, énoncer sa thèse, en plus de recourir à différents types d’arguments pour soutenir son point de vue et le faire valoir dans la joute verbale en tenant compte de son auditoire. C’est une agilité intellectuelle qui se développe, une souplesse qui s’acquiert avec la connaissance et la pratique.

Parce qu’il ne suffit pas de se lever avant l’aube pour passer à l’attaque dans la fièvre du moment. En tout cas, c’est insuffisant, pour tous ceux qui ne dorment pas à la Maison blanche!

Louise Lachapelle
B.A. (lettres françaises), B. Sp. (arts visuels et médiatiques), M. Sc. (communication)

Suzanne Laberge
B.A. (français moderne), B.A. (français et linguistique)


Formations animées par Louise Lachapelle et Suzanne Laberge :

Découvrez toutes nos formations en Communication


Communiquez avec nous

 Restez informé



        


hec.ca > École des dirigeants > Articles > La grande gueule fait-elle le bon argumenteur?

Suivez HEC Montréal sur les médias sociaux

              

À propos du site web  |  Règlements et politiques

En cas d'urgence

© HEC Montréal, 2017  Tous droits réservés