Le contenu
En

Faire surgir l'animal politique en vous!

20 septembre 2017

Malsain, nauséabond, égoïste, le jeu politique?

 

Vous aurez fort à faire pour convaincre Pierre Lainey, maître d’enseignement et formateur chevronné à l’École des dirigeants de HEC Montréal, d’adhérer à cette perception pourtant partagée par bon nombre d’entre nous.

 

Une décennie et quelque 4 000 participants plus tard, l’animateur du séminaire Habiletés politiques dans les organisations : soyez un acteur stratégique est toujours aussi convaincu de l’importance de la dimension politique dans les organisations, et de la nécessité de bien la maîtriser, tant pour son propre bonheur que pour celui de son employeur. Nous avons cherché à en savoir plus au sujet de cette délicate question…

 

École des dirigeants : De manière générale, les gens ont une certaine répulsion à la simple prononciation du terme « politique ». Pourtant, la politique est un élément incontournable de la vie organisationnelle. En quoi est-ce important?

Pierre Lainey : Parce que les jeux politiques sont là, tout simplement! Mais les gens ont souvent la perception que le jeu politique est un jeu uniquement gagnant-perdant. On doit reconnaître qu’il y a des gens qui vont malheureusement utiliser leur pouvoir politique de façon plutôt malhabile. Par exemple, une personne va utiliser son pouvoir pour influer des gens et obtenir un avantage personnel. C’est condamnable! Mais le jeu politique peut être gagnant-gagnant. Dans l’organisation, on peut utiliser son influence pour aider les gens à tirer des bénéfices d’une situation. Lorsqu’on utilise son influence pour faire avancer un projet qui aura des retombées positives pour l’organisation, il y a beaucoup de personnes qui en bénéficieront. Il faut « casser » cette perception négative du phénomène politique. Au contraire, ça peut être extrêmement constructif!

 

ÉDD : L’exercice du pouvoir en organisation se concrétise généralement dans l’action. Toutefois, l’observation n’est-elle pas aussi, sinon plus importante dans la maîtrise du jeu politique?

PL : C’est une étape fondamentale! Nous vivons dans une société où l’on valorise beaucoup l’action. Mais avant de bouger, il faut analyser le contexte. Dans un premier temps, on doit chercher à analyser les gens qui œuvrent dans notre environnement. Il y a donc un exercice de cartographie à faire afin d’identifier qui sont les alliés et qui sont les opposants aux actions que je pose. Dans un deuxième temps, on doit s’interroger sur les leviers que je possède pour rallier mes alliés et convertir mes opposants. Est-ce que je possède suffisamment de leviers pour avoir de l’influence sur ces derniers?

 

ÉDD : Et le levier de la hiérarchie n’est pas le seul que l’on peut utiliser…

PL : Le pouvoir formel n’est pas la seule source de pouvoir, loin de là. On peut exercer du pouvoir par la compétence et l’expertise, ou du simple fait de sa personnalité. Il faut cesser de croire que le pouvoir ne vient que de la position qu’on occupe dans l’organigramme. Il y a beaucoup de pouvoir qui émane de sa propre personne.

 

ÉDD : Ce sont des choses que l’on peut donc développer ou actualiser?

PL : Totalement! Les gens croient que si je n’ai pas de pouvoir, je n’aurai jamais. C’est faux! On peut apprendre à aller chercher du pouvoir et à l’utiliser également. Et dans le cadre du séminaire, c’est ce que l’on permet aux participants de constater, en s’interrogeant sur certains éléments. Où se situe le pouvoir dans votre organisation? Comment pouvez-vous aller le chercher et le conserver? Et lorsque vous possédez un certain pouvoir, comment pouvez-vous transformer ce pouvoir en influence?

 

ÉDD : Y a-t-il une incompatibilité entre le jeu politique en organisation et l’éthique? Jouer le jeu politique signifie-t-il de faire des accrocs plus ou moins importants à l’éthique?

PL : Il ne devrait pas y avoir d’incompatibilité! La littérature scientifique à ce sujet nous apprend qu’il existe des gens qui sont très habiles sur le plan politique et qui adhèrent à des normes éthiques très élevées. C’est loin d’être incompatible. Mais on doit ramener cette question à l’intention. Est-ce que le jeu politique déployé par une personne va servir les intérêts du collectif? Si oui, il n’y a aucune préoccupation à avoir quant à l’éthique. Malheureusement, il y a des gens qui vont utiliser leur pouvoir et leur influence non pas pour des bénéfices collectifs, mais pour des gains personnels. Là, on est dans les jeux malsains et le machiavélisme…

 

ÉDD : En cette ère moderne où l’on met beaucoup l’accent sur l’organisation transversale et la collaboration, et où la hiérarchie semble avoir de moins en moins la cote, comment peut-on exercer habilement du pouvoir politique au sein de l’organisation?

PL : La logique qui sous-tend le jeu politique, c’est de susciter et de maintenir la collaboration. Cette collaboration que l’on peut constater n’est rien d’autre que la résultante de jeux politiques qui sont bien menés, qui sont efficaces et qui sont fondés sur l’éthique. Donner des ordres aujourd’hui, ça ne fonctionne plus. Le défi des organisations d’aujourd’hui afin de susciter cette collaboration, c’est de créer chez les autres une forme de perméabilité à notre influence. C’est bien beau de vouloir influencer une personne. Mais est-ce que cette personne-là va devenir perméable à notre influence? C’est là que les habiletés politiques prennent tout leur sens.

 

ÉDD : Au sortir de cette formation de deux jours en votre compagnie, quel est le commentaire qui revient le plus souvent de la part des participants?

PL : « Si j’avais su à vingt ans ce que j’ai appris durant ces deux journées… » J’ai moi-même été habité par le même état d’esprit que bien des gens à l’égard des habiletés politiques en organisation. Ça ne m’intéressait pas, je n’en voyais pas la pertinence et je n’étais pas du tout habile sur le plan politique. Ce n’est que lorsque je me suis intéressé au sujet, alors que je travaillais en entreprise, que j’ai compris pourquoi je n’avais pas obtenu les ressources que j’avais demandées ou pourquoi les décisions que je voulais mettre en place étaient bloquées. Je n’avais pas su décoder le contexte politique, je n’avais pas su créer d’alliances, je n’avais pas su convertir mes opposants en alliés.

 

La grande majorité des gens sont de bonne foi. Ils veulent bien faire leur travail et ils veulent se démarquer. Mais parfois, on ne sait pas trop comment s’y prendre. Décoder les comportements qui sont l’expression des jeux politiques permet de réaliser pourquoi les gens agissent comme ils le font. Et cela permet ensuite d’agir plus efficacement au sein de l’organisation.

 ______________________________________________________

Formations animées par Pierre Lainey :

Découvrez tous nos articles


Communiquez avec nous

 Restez informé



        


hec.ca > École des dirigeants > Articles > Faire surgir l'animal politique en vous!

Suivez HEC Montréal sur les médias sociaux

              

À propos du site web  |  Règlements et politiques

En cas d'urgence

© HEC Montréal, 2017  Tous droits réservés