Contenu Menu

P046

Fonds Émile-Barrière. - 1911-1978, surtout 1911-1944. - 6,5 cm de documents textuels et autres documents

Notice biographique :
Émile Barrière est né le 5 octobre 1894 à Richelieu. Il est le fils de Félix Barrière et d'Alexina Gamache. En 1929, à la mairie de Berlin, il épouse Gabrielle Rowan, de Montréal, avec qui il a un fils qu'il nomme Jean. Il fait ses études d'abord au collège de Chambly puis à l'École des hautes études commerciales de Montréal. À sa sortie de l'École en 1914, il obtient sa licence en sciences commerciales et maritimes; il fait partie de la deuxième promotion. Il décède en 1989.

À l'invitation d'Auguste-Joseph de Bray, directeur de l'École des hautes études commerciales de Montréal, Émile Barrière part pour l'Europe en 1915. Il y demeure pendant huit mois et il profite de cette période pour s'initier au monde du commerce. Depuis plusieurs années déjà, il s'intéresse à la photographie. Ses connaissances acquises et son intérêt marqué pour cette discipline le poussent à faire carrière dans ce domaine à partir de 1916. Il est embauché par les bureaux new-yorkais de l'Agence Parisienne Roll afin de diffuser des photographies de guerre aux journaux américains. Il séjourne en Europe jusqu'au moment où les États-Unis déclarent la guerre à l'Allemagne au printemps 1917. Il repart pour la France à la fin de juin 1917 et arrive à Saint-Nazaire pour être témoin du débarquement d'un contingent de 40 000 soldats américains. Le magnat de la presse américaine, William Randolph Hearst fait accréditer Émile Barrière à titre de reporter-photographe. Après la guerre, il accompagne des personnalités politiques comme Thomas Woodrow Wilson, Georges Clémenceau et David Lloyd George; il photographie la cérémonie de la signature du traité de Versailles le 28 juin 1919. Ensuite, Émile Barrière fait le tour de l'Europe et photographie des scènes de vie de l'après-guerre. La maladie l'oblige à démissionner de son poste en 1919. Il revient au Canada pour se faire soigner et aussi revoir sa famille. En novembre 1919, il fonde le Dominion Film Service de Montréal, un organisme voué à l'exploitation de la photographie et des films canadiens. Pendant les années qui suivent, il multiplie les expériences de travail. En 1922, il réussit à faire construire un laboratoire de photographies à bord du navire Empress of Scotland. Il se rend à Détroit et trouve un emploi dans un studio. Plus tard, il accepte une offre du New York Times comme envoyé spécial en Europe et en Afrique du Nord. Durant cette période, à Paris, Émile Barrière photographie les oeuvres des grands couturiers, des vedettes et des personnalités politiques. En 1927, la carrière d'Émile Barrière prend un tournant; il devient administrateur et fonde le bureau du New York Times à Berlin. Puis, il finit par retourner à Paris pendant quelques années pour occuper un poste de directeur administratif. En 1940, c'est la Deuxième Guerre mondiale et Émile Barrière quitte Paris en catastrophe à cause de l'arrivée des Allemands. À l'été 1943, le New York Times l'envoi à Londres comme correspondant de guerre afin de préparer la réouverture du bureau du journal à Paris.

Portée et contenu :
Le fonds témoigne des activités d'Émile Barrière comme étudiant à l'École des hautes études commerciales de Montréal et comme reporter-photographe en Europe.

Le fonds a fait l'objet d'un traitement définitif et les 3 séries suivantes composent son organisation : A Documents personnels, B Vie professionnelle et X Documents iconographiques. Le fonds contient des photographies d'actualités, des photographies de presse, des photographies d'étudiants des HEC, un passeport, des coupures de journaux, un diplôme de licence et des ordres du War Department du gouvernement américain.

Source du titre composé propre : Titre basé sur le contenu du fonds.
Collation : Le fonds contient aussi 31 photographies, 2 images et 1 carte postale.
État de conservation : Certains documents sont jaunis et fragiles.
Source immédiate d'acquisition : En août 1991, à la suite d'une convention de donation, Roland Barrière, petit-neveu du créateur du fonds, cède les documents à l'École des hautes études commerciales de Montréal.
Langue des documents : Français et anglais.
Instrument(s) de recherche : Répertoire numérique détaillé.
Groupes de documents reliés : On peut aussi consulter la thèse du créateur du fonds parue sous le titre : Les bonnes routes du point de vue du développement économique (A075/W9,0601).
Note générale :
MAJ 2004-04.

Partager cette page :
| Plus
 
Logo HEC Montréal

Facebook YouTube Flickr Twitter LinkedIn Instagram
© HEC Montréal, 2017  Tous droits réservés.