Contenu Menu

P035

Fonds Esdras-Minville. - 1919-1963. - 1,96 mètres de documents textuels et autres documents.

Notice biographique:
Esdras Minville est né à Grande-Vallée, Gaspésie, le 7 novembre 1896. En 1915, il s'établit à Montréal pour faire son cours secondaire au Collège Saint-Laurent des Frères des Écoles chrétiennes. Après un intermède de deux ans, qu'il passe en Gaspésie, il revient à Montréal et s'inscrit à l'École des Hautes Études commerciales, qui lui accorde sa licence en sciences commerciales en 1922. En juin 1931, il épouse Marie-Alice-Angélina Demers, avec qui il aura trois enfants : Thérèse, Jean et Pierre. Esdras Minville a utilisé les pseudonymes de Jacques Dumont et de François Chantal. Il est décédé le 9 décembre 1975.

En 1922, à sa sortie des HEC, il entre à l'emploi de la maison de courtage J.-E. Clément, puis, en 1924, de la maison Versailles, Vidricaire et Boulais et devient l'assistant d'Olivar Asselin, qu'il remplacera éventuellement en tant que secrétaire de Versailles et directeur de la publicité. Toujours en 1924, il devient professeur à temps partiel à l'École des HEC, où il est notamment chargé des cours de français commercial et de composition française. En 1925, il est l'un des fondateurs de la revue  L'Actualité économique, dont il sera le secrétaire général de 1929 à 1938. En 1927, il devient professeur à temps plein aux HEC et chef du service de la publicité, et quitte en conséquence Versailles, Vidricaire et Boulais. Devenu professeur agrégé en 1931, il est chargé du cours d'histoire économique du Canada. En 1938, il devient le troisième directeur de l'École des HEC, le premier d'origine québécoise. Il occupera ce poste jusqu'à sa retraite en 1962. En marge de ses fonctions premières aux HEC, il fut invité à occuper de multiples offices durant sa vie active, au nombre desquels on compte notamment ceux de conseiller technique au ministère du Commerce et de l'Industrie chargé de l'inventaire des ressources de la province de Québec (1936-1938), de collaborateur de la Commission royale des relations entre le Dominion et les provinces (Commission Rowell-Sirois, 1937-1940), de directeur de la collection des  Études sur notre milieu, de commissaire provincial de la Fédération des scouts catholiques (1944-1951), de président de la Chambre de commerce du district de Montréal (1947-1948), de doyen de la Faculté des sciences sociales de l'Université de Montréal (1950-1957) et de membre de la Commission royale d'enquête sur les problèmes constitutionnels (Commission Tremblay, 1953-1956). Nationaliste de l'école de Lionel Groulx, grand promoteur de la Doctrine sociale de l'Église, économiste de la planification et du développement régional, sociologue tout particulièrement intéressé par l'influence de l'économique sur la vie des hommes et des nations, Esdras Minville s'est également mêlé aux mouvements et aux institutions qui lui permettaient de véhiculer ses idées. Il fut ainsi collaborateur, entre autres, des revues  L'Action française, L'Action nationale et L'Enseignement secondaire, directeur de la Ligue d'Action nationale (1933-1941), cosignataire du Programme de restauration sociale  (1933), conférencier des Semaines sociales du Canada et inspirateur et maître d'œuvre de l'entreprise d'établissement d'un syndicat coopératif agricole et forestier à Grande-Vallée. Il est de plus l'auteur de nombreux ouvrages, dont  Invitation à l'étude  (1943),  L'homme d'affaires  (1944) et  Le citoyen canadien-français  (1946). Entre autres distinctions, Minville fut membre de la Société royale du Canada, reçut le prix Duvernay en 1947, a été fait docteur honoris causa de l'Université d'Ottawa, de l'Université Laval, de l'Université de Sherbrooke et de l'Université de Montréal, et a été nommé directeur honoraire de l'École des hautes études commerciales de Montréal en 1962.

Portée et contenu:
Le fonds témoigne des fonctions de commissaire pour le compte de diverses commissions, d'officier du gouvernement québécois et d'expert convoqué à différents comités d'Esdras Minville. Il témoigne en outre de l'implication de Minville dans les mouvements sociaux et nationalistes de son temps, ainsi que du rôle actif qu'il a joué en tant que promoteur d'un projet de développement économique en Gaspésie. Il renseigne également sur ses recherches et sur certains aspects de sa vie privée. Le fonds rend compte des activités d'Esdras Minville entre 1925 et 1963, à Montréal et en Gaspésie.

Le fonds comprend notamment de la correspondance, des procès-verbaux, des coupures de journaux, des notes, de la documentation sur différents sujets, des textes rédigés par Minville, des documents financiers personnels ainsi que des photographies et des cartes.

Source du titre composé propre :  Titre basé sur le contenu du fonds.
Collation :  Le fonds contient aussi 10 photographies : n&b, 9 cartes, 3 croquis et 1 image.
Restauration/Conservation :  Certains originaux ont été photocopiés et ensuite éliminés pour assurer la conservation de l'information.
Source immédiate d'acquisition :  Aucun contrat de donation. En 1984, les documents sont versés lors de la création du Service des archives par la direction de l'École des hautes études commerciales de Montréal.

En mai 2001, quelques documents ont été transférés du Fonds du Directorat (A007). Ces derniers provenaient du bureau de Monsieur François-Albert Angers.

Langue des documents :  Les documents sont en anglais et surtout en français.
Instrument(s) de recherche :  Répertoire numérique.
Documents connexes :  Voir la collection Esdras Minville et le Fonds colonie agricole et forestière de Grande-Vallée au Centre d'archives de la Gaspésie.
Groupes de documents reliés :  Les documents concernant la fonction de directeur d'Esdras Minville à HEC Montréal sont conservés dans le A007 Fonds du directorat.
Note générale :
MAJ 2010-06.

Partager cette page :
| Plus
 
Logo HEC Montréal

Facebook YouTube Flickr Twitter LinkedIn Instagram
© HEC Montréal, 2017  Tous droits réservés.